Nouveaux moyens au FNR

L’État casse sa tirelire pour la recherche

18 Mai 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Marc Schiltz Véronique Hoffeld
Selon Marc Schiltz et Véronique Hoffeld, l’augmentation du budget démontre la volonté du pays d’investir dans la recherche et l’innovation.  (Photo: Matic Zorman)

Le Fonds national de la recherche peut compter sur un budget pluriannuel de 340 millions d’euros pour la période 2018-2021. Une augmentation importante, vue comme le signe de l’intérêt du pays pour l’innovation et la recherche.

Le Fonds national de la recherche (FNR) a défini sa nouvelle stratégie pluriannuelle pour la période 2018-2021 et obtenu de nouveaux moyens financiers pour les atteindre.

Pour la nouvelle période de quatre ans, entamée au début de cette année, il a obtenu une enveloppe de 340 millions d’euros. Une augmentation de 40% par rapport à la période précédente (240 millions). «C’est un plafond, précise Marc Schiltz, le secrétaire général du Fonds. Au cours de la précédente période, nous n’avons pas épuisé le budget.»

Pour lui, cette augmentation démontre en tout cas la volonté du pays d’investir dans la recherche et l’innovation. «Tout ceci va dans le sens de la volonté de l’Union européenne d’augmenter les budgets pour la recherche et le développement», précise Véronique Hoffeld, présidente du FNR.

Cette augmentation budgétaire a été remarquée et appréciée à l’étranger.

Marc Schiltz, secrétaire général FNR

Marc Schiltz, élu en 2017 à la présidence de Science Europe, l’association d’organismes européens de financement de la recherche et d’organismes de recherche performants, note également que «cette augmentation budgétaire a été remarquée et appréciée à l’étranger».

La stratégie définie pour les quatre prochaines années a été bâtie sur trois piliers: la consolidation des fondations d’un système de recherche misant sur l’excellence; le développement de la société et des secteurs économiques; la promotion de l’innovation. Ces trois piliers bénéficieront respectivement d’un financement global de 232 millions d’euros, 88 millions et 20 millions.

Sept bourses en 2017

«C’est une stratégie dans la continuité, analyse Marc Schiltz. Mais elle connaît un certain succès, nous n’avons donc pas vu la nécessité de développer d’importants nouveaux programmes.»

Un succès qu’il appuie sur les sept bourses obtenues l’an dernier par des scientifiques basés au Luxembourg auprès du Conseil européen de la recherche (ERC). «Au début de la précédente période, en 2014, nous n’en avions aucune à faire valoir.»

Notons encore que, le pays ayant de plus en plus les yeux tournés vers l’espace, deux institutions publiques ont obtenu un financement du FNR à hauteur de 700.000 euros pour une collaboration avec la société japonaise d’exploration lunaire Ispace, qui a établi l’an dernier son quartier général européen au Luxembourg.