Attribution d’une nouvelle fréquence

L’essentiel Radio devra (un peu) patienter

28 Juillet 2017 Par Jean-Michel Gaudron
L’essentiel Radio
L’essentiel Radio a été lancée en février 2016. Un an plus tard, son taux d’audience était mesuré à 5,2% de la population.  (Photo: Marion Dessard / archives)

Entre la décision prise par le conseil de gouvernement d’attribuer une nouvelle fréquence à L’essentiel Radio et la mise en ondes, il s’écoulera encore quelques bonnes semaines. Explications.

La décision prise ce mercredi par le conseil de gouvernement d’accorder une nouvelle fréquence de diffusion pour L’essentiel Radio ne sera pas suivie d’effet dans l’immédiat. Place désormais aux contraintes purement administratives qui suivent l’annonce de l’approbation du projet de règlement grand-ducal modifiant celui du 28 juillet 2014 établissant la liste des fréquences de radiodiffusion luxembourgeoises.

Cette modification de texte consiste, concrètement, à insérer dans le texte la mention de la fréquence 97,5MHz à Belvaux. C’est celle qui a été jugée comme étant «la plus appropriée» pour répondre à la demande de L’essentiel Radio de pouvoir étendre sa zone de couverture.

Rien ne bougera avant le 1er septembre

Dans un premier temps, et même si l’exécutif devrait invoquer une procédure d’urgence, ledit projet de règlement grand-ducal ne pourra être déposé qu’à l’issue de la publication du procès-verbal du dernier conseil de gouvernement. Il faudra patienter un peu pour cela, puisqu’en raison de la pause estivale, cela ne sera pas fait avant la prochaine séance de ce conseil, prévue le 1er septembre.

Parallèlement, le ministère d’État – et plus précisément le Service des médias et des communications – doit consulter l’Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel (Alia) afin d’obtenir son approbation de principe.

L’Alia consultée

En effet, si la loi modifiée du 27 juillet 1991 sur les médias électroniques stipule que les permissions pour les programmes de radio sonore à émetteur(s) de faible puissance sont directement accordées par la Commission indépendante de la radiodiffusion (devenue Alia depuis), il n’en est pas de même pour les programmes de radio sonore à émetteur de haute puissance, dont fait partie L’essentiel Radio.

La loi indique en effet que les permissions d’émission sont prises au final par le ministre ayant dans ses attributions les médias (dans le cas présent, Xavier Bettel, en tant que ministre des Communications et des Médias), après consultation, tout de même, de ce qui est aujourd’hui l’Alia.

Le précédent 100,7

Le même mécanisme avait, du reste, été mis en œuvre il y a deux ans, lorsqu’une nouvelle fréquence avait été attribuée à la radio socioculturelle 100,7 (en l’occurrence 95,9MHz à Neidhausen). Le Premier ministre en avait fait l’annonce à la suite du conseil de gouvernement le 2 octobre 2015. La modification du règlement grand-ducal était, pour sa part, intervenue le 4 janvier 2016, soit trois mois plus tard.

Une fois le «nouveau» règlement grand-ducal publié au Memorial, il s’agira ensuite d’accorder la licence technique d’exploitation de la nouvelle fréquence. Alors, seulement, la fréquence 97,5MHz sera «on air».

5,2% de taux d’audience

Lancée en février 2016, L’essentiel Radio se revendique comme la radio francophone numéro un au Luxembourg. Ce qui, en soi, n’est pas trop compliqué, vu qu’elle est la seule sur ce créneau linguistique.

Elle figurait pour la première fois, en mars dernier, dans les résultats de l’étude Plurimedia de TNS Ilres. Avec 26.200 auditeurs de 12 ans et plus par jour, elle talonnait la radio socioculturelle (27.200), affichant un taux d’audience de 5,2% de la population. La prochaine «vague» Plurimedia est attendue pour la mi-septembre, mais il faudra évidemment attendre celle de 2018 pour mesurer l’impact de la mise en ondes de cette nouvelle fréquence.