Annonce officielle

Les Vel’oh passeront à l’électrique fin novembre

06 Novembre 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Les premières stations équipées de vélos à assistance électrique seront disponibles à partir du 30 novembre, «selon les prévisions de JCDecaux», assure Lydie Polfer. (Photo: Mike Zenari/ archives)

Retardé à deux reprises en raison de «problèmes techniques», le lancement d’une flotte de vélos en libre-service à assistance électrique se fera finalement le 30 novembre prochain, annonce mardi Lydie Polfer. Pour l’occasion, de nouvelles stations verront également le jour.

Décidée en janvier dernier pour faire de Luxembourg «une ville pionnière en Europe», la mise en service de Vel’oh électriques se fera avec près de cinq mois de retard. Initialement prévue pour le 1er juillet, puis reportée autour du 15 septembre pour cause d’approvisionnement défaillant en batteries, la mise à disposition de vélos à assistance électrique «se fera à partir du 30 novembre», assure mardi Lydie Polfer (DP), bourgmestre de la capitale.

Ou du moins sur une partie des quelque 70 stations actuellement réparties dans la plupart des 24 quartiers de Luxembourg-ville, ainsi que celles présentes sur le territoire des communes de Bertrange, d’Hesperange ou de Strassen. «Nous allons procéder par phases, la première débutant ce jeudi», indique Lydie Polfer, qui précise que «50% des stations seront effectivement équipées fin novembre, le reste devant l’être d’ici mi-décembre, selon les prévisions avancées par JCDecaux.»

Cliquez sur la carte pour afficher les données

À cette date, les abonnés du service disposeront donc d’un total de 860 Vel’oh, répartis dans «plus de 100 stations». Autrement dit, un renouvellement du parc qui s’accompagnera également d’une hausse de l’offre «via la mise en service de nouvelles stations dans des quartiers avec une dénivellation importante, comme le Pulvermühle ou Hamm», détaille Laurent Vanetti, chef du service Circulation de la Ville de Luxembourg. Conséquence directe de cette nouvelle répartition géographique, le service devrait connaître l’arrivée de nouveaux abonnés longue durée, estimés à quelque 8.000 personnes à l’heure actuelle.

Pour séduire le plus grand nombre, le nouveau service de la capitale a opté pour des véhicules dotés d’une autonomie de 30 à 40 kilomètres, équipés d’un port USB capable de recharger un smartphone et capable de rouler à une vitesse de 25km/h. Côté prix, la montée en gamme se traduira par le passage d’une hausse de l’abonnement mensuel de 15 à 18 euros. «Alors que le prix moyen pour ce type de service en Europe tourne autour de 30 euros», assure Laurent Vanetti.

À noter enfin que conformément au cahier des charges, JCDecaux devra s’acquitter de pénalités pour les retards enregistrés. Sollicitée sur le montant de ces amendes, Lydie Polfer n’a pas souhaité avancer de chiffres, préférant rappeler que «toutes les stations, une fois renouvelées, ne disposeront plus de pollution visuelle». Comprenez des emplacements publicitaires. Un «choix de la commune», synonyme de perte de revenus, que la bourgmestre assume, préférant «cette solution à celle en vigueur dans bon nombre de pays européens, au détriment d’une certaine qualité de vie».