Chiffres du premier semestre

Les touristes délaissent la capitale et les hôtels

08 Août 2018 Par Ioanna Schimizzi
Francine Closener, secrétaire d'État à l'Économie, a présenté le bilan touristique du premier semestre avec Sebastian Reddeker, directeur de Luxembourg for Tourism.
Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie, a présenté le bilan touristique du premier semestre avec Sebastian Reddeker, directeur de Luxembourg for Tourism. (Photo: MECO)

La fréquentation des campings et des auberges de jeunesse progresse au Luxembourg, au premier semestre 2018, et le Mullerthal est la région qui a connu la hausse la plus importante en termes de nuitées, selon les derniers chiffres présentés ce mercredi par Francine Closener.

Les intempéries et les pluies diluviennes qu’a connues le Mullerthal en juin dernier n’ont pas eu raison de son attrait touristique, puisque le nombre de nuitées y est en hausse de 9,2% sur cette période. «Nous avons réussi à convaincre les touristes de rester et de continuer à s’y rendre, et pour les hôteliers qui avaient connu des dégâts, il y a eu un vrai effort collectif pour les remettre en état rapidement», explique Francine Closener.

Mais comme le confirme la secrétaire d’État à l’Économie, lors de la présentation du bilan touristique du premier semestre 2018 ce mercredi (basé sur les enquêtes réalisées et les chiffres fournis par l’agence Luxembourg for Tourism (LfT)), «la période étudiée va de janvier à juin, les chiffres seront peut-être différents lors du second semestre».

L’hôtel reste l’hébergement numéro un

Reste que le bilan global des nuitées au Grand-Duché est en hausse sur cette période, avec 1.287.000 nuitées payantes (+ 4%). À y regarder de plus près, on remarque que l’hôtellerie connaît une légère baisse de 1,1%, à l’inverse du camping (+14,8%) et des auberges de jeunesse (+10,4%).

Les hôtels restent l’hébergement numéro un pour les touristes, avec 806.000 nuitées au premier semestre, contre 405.000 pour les campings et 76.000 pour les gîtes.

Une hausse à trois chiffres pour le Lëtzebuerg City Museum

Contrairement à l’année dernière à la même période, la capitale du Grand-Duché a moins attiré en 2018, avec une baisse de nuitées de l’ordre de 1,5%. «Luxembourg-ville est délaissée au profit de régions du pays où les touristes peuvent effectuer des randonnées, des visites, etc., des activités plus nature», confirme Francine Closener. Une baisse qui s’explique également par une diminution du tourisme d’affaires. 

Parmi les attractions les plus plébiscitées par les touristes, le Parc Merveilleux de Bettembourg se classe à la première position (145.308 visiteurs, en hausse de 11%). Le Lëtzebuerg City Museum a connu une hausse fulgurante de 192% au premier semestre, pour atteindre quasiment 29.000 visiteurs.

Développer l’agritourisme

Le gouvernement «poursuit une réflexion depuis un moment déjà» d’acquérir «trois ou cinq hôtels qui sont actuellement vides, afin que nous les rénovions et les proposions à de nouveaux exploitants. Il y a des infrastructures que l’on ne peut pas se permettre de perdre», appuie la secrétaire d’État à l’Économie.

Le ministère souhaite également développer l’agritourisme, un secteur de l’hôtellerie en plein développement, et qui représentait 30% des nuitées de la fréquentation touristique française en 2016.

60 millions dans un plan quinquennal

Le gouvernement confirme également que «notre public cible est les touristes de passage. Notre moyenne de séjour est de 1,9 jour.» Le pays mise sur le secteur du tourisme pour son développement économique, puisqu’un plan quinquennal en faveur du tourisme a été adopté il y a quelques semaines. Il prévoit 60 millions d’euros pour soutenir le secteur du tourisme de 2018 à 2022.

À l’occasion de la conférence de presse de ce mercredi, un nouveau film promotionnel du Luxembourg, réalisé par Frank Weber en collaboration avec Beryl Koltz, a également été présenté.