Encadrement du travail

Les salariés de l’Uni ont une convention collective

05 Septembre 2018 Par Paperajm.lu
La nouvelle convention collective, approuvée par le conseil de gouvernance de l’Uni le 21 juillet dernier, a été signée ce mardi.
La nouvelle convention collective, approuvée par le conseil de gouvernance de l’Uni le 21 juillet dernier, a été signée ce mardi. (Photo : Michel Brumat)

Première convention collective pour les 1.760 salariés de l’Université du Luxembourg. Président du conseil de gouvernance, recteur, secrétaire central de l’OGBL, et présidente de la délégation du personnel ont paraphé le texte ce mardi.

«Les négociations ont permis de trouver des accords sur un certain nombre d’améliorations par rapport à l’accord d’établissement de 2015, ainsi que sur un nouveau système de rémunération transparent et basé sur l’ancienneté dans la fonction», explique Frédéric Krier, secrétaire central de l’OGBL, à l’occasion de la signature, ce mardi, de la première convention collective de l’Université du Luxembourg.

Un premier accord d’établissement concernant les conditions de travail avait en effet été conclu en mars 2015. La nouvelle convention collective, approuvée par le conseil de gouvernance de l’Université dans sa séance du 21 juillet dernier, a donc été signée par le président du conseil de gouvernance de l’Uni, Yves Elsen, le recteur Stéphane Pallage, Frédéric Krier, secrétaire central de l’OGBL, et Virginie Mucciante, présidente de la délégation du personnel.

Quasiment tous les salariés concernés

Ce système sera mis en place à partir du 1er janvier 2020. La convention collective de travail «règle les conditions de travail et de rémunération des salariés de l’Université et s’applique aux membres du personnel enseignant-chercheur ainsi qu’aux membres du personnel administratif, financier et technique, à l’exception des membres de l’équipe de direction, des responsables de services, des étudiants salariés et des stagiaires», explique l’Uni dans un communiqué.

La convention sera effective rétroactivement à partir de juillet 2018 pour une période de trois ans. La quasi-totalité des 1.760 salariés de l’Uni – dont 1.260 appartiennent au personnel enseignant-chercheur et 500 au personnel administratif, financier ou technique – est donc concernée.