#Hubradar

Les robots et le langage corporel

19 Novembre 2018 Par Hub Institute
Madeline Gannon, artiste, codeuse et conceptrice, explore depuis quelques années les relations entre les humains et les robots. (Photo: Shutterstock)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

Elle apprend à des robots le langage corporel

Si vous avez déjà côtoyé de près un robot industriel, vous savez que ces machines ont une présence étrange, presque troublante. Vous savez qu’il s’agit d’automates programmés, mais quand ils commencent à bouger avec une précision et une vitesse inhumaines, une partie de votre cerveau s’illumine: «danger». Madeline Gannon, artiste, codeuse et conceptrice, explore depuis quelques années les relations entre les humains et les robots. Lors du Forum économique mondial de septembre, elle a installé 10 bras de robots industriels dans une rangée, en les reliant à un seul contrôleur central. En utilisant des capteurs, ces robots suivent les passants et répondent à leurs mouvements. Dans une interview à The Verge, elle explique les motivations de son travail, le processus de formation d’un groupe de robots et comment imaginer un avenir plus harmonieux entre l’homme et la machine.

Enfin un bouton d’édition pour corriger les fautes de frappe dans les tweets

Pour la première fois depuis la fin de 2016, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a évoqué la création d’un bouton d’édition pour les tweets, potentiellement conçu pour aider à corriger les fautes de frappe. Il a ajouté que Twitter empêcherait dans l’idéal la modification illimitée, pour éviter que les utilisateurs en abusent ultérieurement pour modifier des propos controversés, notamment en cas de bad buzz. Les twittos demandent le bouton d’édition depuis un moment, mais le PDG de Twitter a déclaré: «Nous réfléchissons à cela depuis un moment et nous devons faire les choses correctement. Nous ne pouvons pas simplement nous dépêcher.» Une chose est sûre, si ce bouton voit le jour, je doute que notre social media manager soit la seule à se réjouir!

Transformer les réunions du lundi matin 10h… pour le plus grand bonheur de vos équipes

Les résultats d’une étude réalisée par l’institut OpinionWay en juin 2017 pour le cabinet Empreinte Humaine sont sans appel: de nombreuses entreprises souffrent du syndrome de la «réunionite». Sur une semaine, les salariés français passeraient 4,5 heures en réunion. L’étude montre qu’à peine plus de la moitié des réunions sont considérées comme productives. De plus, 4 salariés sur 10 rapportent utiliser leur smartphone ou leur ordinateur pour faire autre chose pendant ces réunions. Qu’est-ce qui est attendu des participants? Quels sont les livrables escomptés une fois le rendez-vous terminé? Le simple fait de travailler sur ces deux points permettrait de résoudre en partie le problème. Des solutions comme Jell, Basecamp ou encore Sliite permettent d’organiser l’information et de prioriser l’essentiel. Et pourquoi pas carrément changer de méthode? Pour briser la monotonie de la «salle de réu», certains adoptent le «walk & talk» qui, comme son nom l’indique, est une réunion en marchant.