Revue de presse

«Les chiffres» au cœur de la rencontre Juncker-Trump

02 Août 2018 Par Thierry Raizer
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.
Jean-Claude Juncker va bien, malgré une sciatique, explique-t-il au micro de RTL Télé Lëtzebuerg. (Photo: capture d'écran / RTL)

Dans une interview accordée à nos confrères de RTL Télé Lëtzebuerg, le président de la Commission européenne revient sur sa récente rencontre avec Donald Trump.

Un jour critiqué, un jour encensé. Jean-Claude Juncker est un routard de longue date de la politique et les variations de l’opinion publique ne l’impressionnent plus, selon le message adressé mercredi soir au micro de RTL Télé Lëtzebuerg

Le président de la Commission européenne a livré une interview durant laquelle il revient sur sa rencontre avec le président américain, le 25 juillet dernier. Durant cet entretien de plusieurs heures, le président de la Commission européenne a pu mettre à profit son expérience lorsqu’il fut ministre des Finances ou lors du G7 pour argumenter avec Donald Trump, indique-t-il.

Les chiffres sont importants.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne

«La discussion était basée sur des chiffres, les chiffres sont importants», ajoute Juncker. Quant aux termes de l’accord conclu à Washington et qui implique notamment l’importation de soja et de gaz naturel liquéfié en Europe et l’éventualité de taxes sur les voitures européennes importées aux États-Unis, Jean-Claude Juncker avance la cohérence.

Réduire la dépendance à la Russie

L’accord sur le soja américain facilite les échanges sur un produit qui fait l’objet de barrières par la Chine. La décision sur le gaz naturel liquéfié découle, selon Juncker, du sommet organisé à Sofia le 17 mai dernier entre l’Union européenne et les pays des Balkans occidentaux. 

La déclaration commune de fin de sommet parlait de l’achèvement «du marché régional de l’électricité dans les Balkans occidentaux et de l’intégration de celui-ci dans le marché intérieur de l’électricité de l’UE».

«La dépendance à la Russie est réduite», ajoute Jean-Claude Juncker à RTL au sujet de l’importation de gaz des États-Unis.

L’interview lui a aussi permis de revenir sur les accords de libre-échange conclus avec différents partenaires, comme le Canada et plus récemment le Japon. Des accords que le président de la Commission européenne défend dans l’ère actuelle de multilatéralisme.

Quant à sa santé qui avait fait l’objet d’interrogations suite à la diffusion d’une vidéo où on le voyait titubant lors du sommet de l’Otan à Bruxelles, Juncker dit bien se porter malgré une sciatique qu’il avait déjà annoncée.

Revoir l’interview sur RTL Télé Lëtzebuerg.