Zone euro

Les banques pèsent de moins en moins

23 Octobre 2017 Par Jean-Michel Lalieu
Banque centrale européenne
Le poids du secteur financier en zone euro s’est accru de 20% depuis la crise de 2008. (Photo: Licence C.C)

Le bilan 2016 du secteur financier en zone euro publié ce lundi par la Banque centrale européenne (BCE) met en lumière un secteur bancaire qui continue à se concentrer et un poids toujours plus important pour les fonds d’investissement.

À la fin de l’année 2016, 5.073 institutions bancaires étaient recensées dans l’eurozone. C’est 400 de moins que fin 2015 (5.474) et 25% de moins depuis le début de la crise en 2008 (il y en avait alors près de 7.000). Le nombre de succursales d’institutions bancaires a également fortement régressé. Entre 2008 et 2016, leur nombre a chuté de 20% (36.902 unités) et, rien que pour l’année 2016, 6.939 ont été supprimées.

Par contre, les montants gérés remontent légèrement. À la fin de l’année 2016, le total des actifs sous gestion dans les banques de la zone euro atteignait 24.200 milliards de dollars, soit une progression de 0,5% sur un an. Par rapport à 2008, le montant global reste encore inférieur à 14%.

Les banques moins importantes

Si les banques font du sur-place, ça n’empêche toutefois pas le secteur financier de progresser. L’ensemble des actifs du secteur, qui pointait à 55.000 milliards d’euros lors du démarrage de la crise, en 2008, atteignait 70.800 milliards en décembre 2015 et 76.200 milliards à la fin de l’année dernière.

La BCE note ainsi qu’entre 2008 et 2016, le poids du secteur financier est passé de 5,3 à 6,4 fois le produit intérieur brut de la zone euro. Dans ce volume, la part du secteur non bancaire a grimpé de 43% en 2008 à 55% au début de cette année. Ce changement est largement dû au succès croissant des fonds d’investissement, dont le total des actifs sous gestion a explosé de 160% depuis 2008. En 2016, la progression du secteur a encore été de 7%.

1.561% du PIB

Au niveau du Luxembourg, notons que le pays arrive largement en tête au niveau du ratio actifs bancaires/PIB puisque ceux-ci atteignent 1.561% du PIB grand-ducal. Les statistiques de la BCE montrent aussi que nous disposons d’une banque pour 4.139 habitants (une pour 150.000 habitants en France et une pour 122.500 en Belgique) et d’un distributeur de billets pour 1.100 habitants. Une moyenne identique à la France, alors qu’en Belgique, on compte un ATM pour 716 habitants.