Mise en conformité

Le RGPD, une inconnue pour 74% des entreprises

20 Février 2018 Par Jonas Mercier
Projet informatique
À moins de 100 jours de sa mise en application, seulement 26% des entreprises européennes sont conformes au RGPD selon une étude. (Photo: Licence C. C.)

La grande majorité des acteurs économiques européens ne seraient pas encore conformes au règlement général sur la protection des données (RGPD), qui entrera en vigueur le 25 mai prochain.

Sur le papier, il s’agit d’une petite révolution pour le droit à la confidentialité des données personnelles engrangées par les entreprises. Mais dans les faits, le RGPD est encore bien loin d’être une réalité. À moins de 100 jours de sa mise en application, seulement 26% des entreprises européennes y seraient conformes. C’est en tout cas ce que révèle une étude du cabinet Forrester, citée par le journal Les Échos dans son édition de lundi.

Toutes les entreprises européennes et non européennes qui possèdent des données de citoyens européens devront respecter ce règlement. En cas de non-respect, les sanctions seront sans appel. Les amendes prévues de 10 à 20 millions d’euros, ou de 2% à 4% du chiffre d’affaires de l’entreprise concernée.

En France, plusieurs mois d’accompagnement

La mise en conformité est toutefois complexe et représente un coût important, notamment pour les petites et moyennes entreprises. La Commission nationale pour la protection des données (CNPD) a fait des efforts pour accompagner les entrepreneurs luxembourgeois dans ce chemin. En août, elle publiait un guide de préparation au règlement en sept étapes. Avec un conseil phare pour baisser au maximum la facture: ne garder que les données clients réellement utiles et se débarrasser de toutes les autres.

En France, les autorités ont déjà annoncé qu’elles ne sanctionneront pas les entreprises dans un premier temps. Consciente de l’ampleur du chantier, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), qui sera en charge de contrôler le respect du règlement en France, explique en effet qu’elle laissera une période de transition aux entreprises et continuera à les accompagner durant plusieurs mois.