Communales 2017

Le LSAP veut en finir avec le laisser-faire

11 Septembre 2017 Par François Aulner
LSAP
Le LSAP veut en finir avec une politique de laisser-faire. (Photo: DR)

«L’image et l’identité de la ville ont beaucoup souffert», écrivent les socialistes dans leur programme électoral pour la capitale, qu’ils présentaient ce lundi. Le LSAP propose plus d’interventionnisme pour que la capitale soit «une ville pour tous».

C’est particulièrement au niveau du logement que le LSAP reproche à la coalition DP/Déi Gréng de ne pas avoir rempli ses engagements pris en 2011. Le candidat chef de file du LSAP, Marc Angel, a évoqué ce lundi tour à tour les objectifs manqués, selon lui: attirer plus de jeunes familles dans la capitale, augmenter l’offre en logements à coûts abordables, ainsi qu’intervenir contre l’utilisation détournée de logements.

«Que les promoteurs aient pris les choses en main est une grande erreur, car il revient à la commune de se charger de la planification», déclare Marc Angel. Le député et conseiller communal veut en finir avec la politique de laisser-faire qui laisserait la capitale en proie aux spéculations immobilières.

Repeupler le centre

Globalement, le LSAP identifie le plus grand problème de la capitale au nombre largement supérieur d’emplois par rapport au nombre d’habitants. Marc Angel s’en est pris à l’approche urbanistique de la ville de Luxembourg en général. Selon lui, à l’image du nouveau quartier du Ban de Gasperich, les autorités construiraient d’abord les immeubles pour ensuite remplir les quartiers de vie. Le candidat chef de file avance le concept de l’architecte danois Jan Gehl, selon qui on introduit d’abord la vie dans un quartier avant de construire des grands immeubles.

Le LSAP veut par ailleurs encourager le «repeuplement des quartiers centraux», s’il le faut en régie propre, et se doter des moyens pour établir un inventaire des logements inoccupés, afin d’approcher dans un premier temps ces propriétaires pour les inciter à mobiliser leurs biens. Ou, si nécessaire, les taxer.

Côté environnement, la candidate Ginette Jones a reconnu que la construction d’immeubles dans la capitale serait nécessaire compte tenu de la situation sur le marché immobilier. En revanche, elle demande davantage de contrôles conséquents sur la qualité de l’environnement afin de garantir une vie saine dans une ville qui grandit. Le conseiller communal et candidat, Tom Krieps, demande par ailleurs le développement de lignes de tram supplémentaires.

Les enfants et le sport

La candidate chef de file du LSAP dans la capitale, Cathy Fayot, a évoqué pour sa part les pistes des socialistes pour donner à tous les enfants les mêmes chances de réussir. Et notamment une offre d’encadrement des enfants entre 0 et 4 ans, une meilleure promotion de l’école publique pour les résidents étrangers, ou encore la création d’un conseil communal permanent des enfants.

Toujours dans le même contexte, mais élargi à la question des clubs et associations sportives, le conseiller communal et candidat du LSAP, Armand Drews, a évoqué la revendication des socialistes d’augmenter les capacités en infrastructures sportives.