Législatives 2018

Le DP promeut le télétravail

13 Septembre 2018 Par Ioanna Schimizzi
Gilles Baum, député, et Corinne Cahen, présidente du DP, ont présenté le volet consacré à la famille et à l'emploi.
Gilles Baum, député, et Corinne Cahen, présidente du DP, ont présenté le volet consacré à la famille et à l’emploi. (Photo: DP)

Suite de la présentation par les partis politiques de leurs programmes en vue des élections législatives du 14 octobre prochain. Le DP a présenté ce mercredi son volet consacré à l’emploi et à la famille. Le parti sortant souhaite notamment créer un cadre juridique pour réglementer clairement les conditions du télétravail, notamment pour les frontaliers.

La campagne pour les élections législatives du 14 octobre a officiellement commencé ce lundi 10 septembre. Les affiches ont été placardées aux abords des routes, les meetings des partis s’organisent... Et certains partis politiques continuent également de présenter les grands thèmes de leurs programmes. Ce fut le cas du DP, ce mercredi, qui a présenté lors d’une conférence de presse ses propositions en ce qui concerne le travail et la famille.

Les deux sujets sont liés pour le parti démocratique puisqu’il propose, par exemple, de permettre «aux personnes d’organiser leur travail de sorte à pouvoir passer plus de temps avec leur famille. Nous visons une flexibilisation du temps de travail adaptée aux familles, en abolissant les règles rigides actuelles et en introduisant le temps de travail annuel (p.ex. 1.800 heures). La règle actuelle du temps de travail maximal par jour (10 heures) et par semaine (48 heures) sera maintenue», explique-t-on au sein du DP.

Un congé parental «plus» toujours d’actualité

Autre proposition, celle de «promouvoir davantage le travail occasionnel ou régulier depuis le domicile, si les possibilités de l’entreprise le permettent». Le télétravail sera ainsi réglementé par un cadre juridique, et la sécurité juridique dans ce domaine serait aussi «améliorée», selon le DP.

Et le parti sortant n’en oublie pas une des clés de voûte de l’économie grand-ducale: les frontaliers. Dans ses propositions, le DP évoque en effet la «promotion du télétravail dans la Grande Région». Le DP «négociera donc des accords avec les pays voisins pour garantir qu’il n’y ait pas de désavantages fiscaux pour les frontaliers qui ont recours au télétravail», précise-t-il dans son programme, allant jusqu’à proposer d’étendre «les zones économiques et encourager les entreprises à établir des filiales hors de Luxembourg-ville».

Du côté de sa politique familiale, le DP, qui souhaite «un meilleur équilibre entre travail et famille», est également revenu sur son idée, déjà évoquée en juin dernier, d’introduire un «congé parental plus». Concrètement, il sera possible de «bénéficier, après le congé parental, d’un congé parental ‘plus’ d’une durée maximale de 18 mois à temps plein ou de 36 mois à mi-temps. Pendant cette période, l’État ne paiera aucune indemnité financière, mais il prendra en charge les cotisations sociales de l’employé et du patron à la caisse de pension sur la base du salaire moyen des 12 derniers mois avant la naissance.» Une idée qui n’avait, à l’époque, séduit ni les syndicats, ni le patronat.