Bilan annuel 2016

Le cargo comme locomotive des CFL

19 Juin 2017 Par Paperjam.lu
CFL cargo
La progression de 48,4% du résultat net consolidé affichée par le groupe CFL est notamment due à une hausse de ses activités cargo. (Photo: CFL Cargo)

Le nombre de voyageurs transportés par les CFL l’an dernier étant resté stable, c’est davantage le développement des activités de fret du groupe qui a contribué à l’amélioration de ses résultats financiers.

Les CFL ont présenté ce lundi leur rapport annuel 2016 dont il ressort que le résultat net consolidé du groupe est passé de 9,1 millions d’euros en 2015 à 13,5 millions d’euros cette année.

Il s’agit là d’une progression de 48,4% de ce résultat net consolidé que les chemins de fer luxembourgeois attribuent principalement au développement et à la diversification des activités de fret du groupe.

Au niveau des marchandises en effet, le groupe CFL Cargo a enregistré l’an dernier son meilleur résultat depuis sa création en 2006, avec un chiffre d’affaires net consolidé de 8,5 millions d’euros, contre 5,5 millions d’euros l’année précédente. C’est notamment grâce au développement du chiffre d’affaires à l’international qu’a pu être obtenu ce résultat, ainsi qu’aux initiatives de diversification de la clientèle et à la maîtrise des charges d’exploitation.

Pour le groupe CFL Multimodal – 2016 ayant encore constitué une année de transition avant l’exploitation de la nouvelle plateforme multimodale de Bettembourg –, les résultats sont moins bons puisqu’ils affichent une perte consolidée de 4,0 millions d’euros l’an dernier, toutefois inférieure à celle de l’année précédente qui s’élevait à 6,1 millions d’euros.

Projets d’envergure

Côté voyageurs, malgré diverses difficultés liées à des grèves en France et en Belgique, et des retards consécutifs à des chantiers d’envergure, le nombre de 22,5 millions de voyageurs enregistré en 2015 a une nouvelle fois été atteint l’an dernier.

En matière d’entretien et d’expansion du réseau national, les CFL soulignent que les investissements de l’État dans les infrastructures ferroviaires sont passés de 241,9 millions d’euros en 2015 à 305,8 millions d’euros en 2016, injectés dans des projets tels que la plateforme multimodale de Bettembourg, mais également dans des travaux tels que le nouveau viaduc, la création ou la mise en double voies de certaines lignes, la construction du funiculaire entre le Pfaffenthal et le Kirchberg, tous inscrits dans la stratégie de mobilité durable définie par le gouvernement.

À retenir enfin comme derniers chiffres, l’Ebitda du groupe qui est passé de 72,2 millions d’euros en 2015 à 64,3 millions en 2016 et une somme bilantaire qui a atteint 1.117 millions d’euros l’an dernier contre 1.082 millions d’euros un an plus tôt.