Cryptomonnaie

Le bitcoin dévisse de 16% en 24h

18 Janvier 2018 Par Jonas Mercier
Bitcoin
Cette chute de valeur a eu un effet direct sur les autres grandes cryptomonnaies, qui ont également enregistré des baisses significatives. (Photo: Licence C.C.)

Après avoir atteint des records de valeur, le cours de la plus célèbre des monnaies virtuelles a perdu 16% en 24h, sur fond de rumeurs de plus en plus insistantes sur sa régulation par certaines autorités bancaires.

Le bitcoin joue aux montagnes russes. Après avoir frôlé les 20.000 dollars en décembre, le cours de la cryptomonnaie est repassé sous la barre des 10.000 dollars. Mercredi, aux alentours de 15h30, il valait plus exactement 9.730,42 dollars, un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis le 1er décembre.

Cela signifie un plongeon de 16,5% en 24h et de 47% en un mois. Ces valeurs sont le fruit de données compilées par Bloomberg, car le bitcoin ne dispose d’aucun cours légal et n’est régi par aucune banque centrale.

Les spéculateurs quittent le navire

Cette chute de valeur a eu un effet direct sur les autres grandes cryptomonnaies, qui ont également enregistré des baisses significatives. Selon la plateforme d’échange Coinmarket.com, évoquée par La Tribune, l’ether, le ripple et le bitcoin cash ont respectivement perdu 23,53%, 27,86% et 21,71% de leur valeur sur la même période de 24h.

«Les investisseurs spéculatifs quittent le navire», a estimé pour l’AFP Craig Erlam, analyste chez Oanda. «Cela ne veut pas dire que le bitcoin va s’effondrer, mais les signaux d’alerte de ces dernières semaines se sont confirmés.»

Les régulateurs prennent position

Ces derniers mois, plusieurs banques centrales avaient en effet averti les investisseurs de la volatilité de cette monnaie, alors que certaines appelaient à sa régulation. Début janvier, le gouverneur de la Banque centrale d’Autriche et membre du conseil des gouverneurs de la BCE, Ewald Nowotny, avait proposé de lever l’anonymat des transactions et d’introduire une TVA sur le bitcoin.

Plus récemment, on apprenait que la Chine prévoyait d’interdire les activités de minage, qui permettent de créer des bitcoins, alors que c’est sans doute le pays où cette activité est la plus importante. En parallèle, Vladimir Poutine déclarait mardi que la Banque centrale russe interviendrait certainement sur ce sujet à l’avenir.

Enfin, en Corée du Sud, qui abrite certaines des plus grosses plateformes d’échange de bitcoins, le gouvernement a indiqué la semaine dernière qu’il réfléchissait à les interdire.