Étude

L’Allemagne en tête pour l’électrique

13 Mars 2018 Par Frédéric Antzorn
Voiture électrique
Pour rattraper leurs concurrents, les constructeurs allemands ont mis les bouchées doubles dans le développement de véhicules électriques. (Photo: Licence C.C.)

S’étant lancés tardivement dans le développement de la voiture électrique, les constructeurs allemands investissent désormais des milliards d’euros dans cette technologie. Pour se garantir leur part d’un gâteau à venir, notamment sur le marché chinois.

Une étude d’EY rendue publique ce lundi à Francfort révèle que les constructeurs allemands sont en tête des investissements dans les véhicules électriques et que l’Allemagne est le premier pays destinataire des investissements mondiaux dans cette technologie.

En 2016 et en 2017, les 16 plus gros groupes automobiles mondiaux ont beaucoup investi dans la voiture électrique – des investissements qui se sont chiffrés à 3,2 milliards d’euros pour l’Allemagne, 990 millions d’euros pour la Chine, 887 millions d’euros pour les États-Unis et 110 millions d’euros pour la France.

Des perspectives à moyen terme

Durant ces deux mêmes années, les constructeurs allemands – Volkswagen, Daimler et BMW – ont annoncé un montant de 4,7 milliards d’euros d’investissements à venir, contre 335 millions d’euros pour les Américains, 110 millions d’euros pour les Français et 19 millions d’euros pour les Japonais.

Selon Peter Fuss, expert automobile chez EY, «l’importance de la motorisation électrique va considérablement croître à moyen terme», ce qui pousse les constructeurs à augmenter massivement leurs dépenses dans cette technologie.

«Presque tous les plus grands groupes automobiles ont ainsi annoncé une offensive dans l’électrique pour les années à venir. C’est particulièrement le cas des constructeurs allemands», a-t-il encore ajouté, relevant que ces derniers avaient cependant «quelque peu pris leur temps» face à certains concurrents.

Mais l’entrée en vigueur en Chine – leur plus grand marché – de quotas de vente de voitures à «énergie nouvelle» en 2019 et la concurrence de spécialistes comme Tesla et certains constructeurs chinois auraient amené les Allemands à vouloir redoubler d’efforts pour développer leur propre technologie.

L’effort allemand en passe de payer

C’est ainsi que Volkswagen prévoit notamment d’investir 1 milliard d’euros pour la seule transformation de son usine de Zwickau, dans l’est de l’Allemagne, en un site entièrement dédié à l’électrique, et 750 millions d’euros dans son usine de Cassel, au centre du pays, pour y fabriquer des moteurs électriques.

Quant à Daimler, il envisage de construire une usine de batteries à la fois classiques et électriques aux États-Unis.

Enfin, l’étude de EY souligne encore que si les marques allemandes sont aujourd’hui à la traîne en matière de ventes de voitures électriques, dominées par le chinois Baic, le groupe Renault-Nissan et Tesla, elles pourraient conquérir prochainement des parts de marché avec l’arrivée de plusieurs modèles en 2019 et en 2020.