Design City LX Festival

La nouveauté ne suffit pas

20 Octobre 2018 Par Céline Coubray
Hella Jongerius & Louise Schouwenberg, A Search Behind Appearances – ¿why design for a world of plenty?, 2016
Hella Jongerius & Louise Schouwenberg, A Search Behind Appearances – ¿why design for a world of plenty?, 2016  (Photo: Labadie Van Tour)

À l’occasion de la biennale Design City LX Festival, le Mudam accueille l’exposition «Beyond the New» conçue par Hella Jongerius et Louise Schouwenberg.

Cette exposition est le résultat d’un ras-le-bol exprimé par la designer Hella Jongerius et Louise Schouwenberg, responsable du master «contextual design» à la Design Academy Eindhoven, quant à l’obligation de toujours produire de nouveaux objets. En 2015, dans l’énergie de la colère, elles écrivent un manifeste, «Beyond the New – A Search for Ideals in Design», qui paraît durant le Salone del Mobile de Milan. Ce texte provocateur pose des questions fondamentales sur le design, comme «comment distinguer une nouveauté qui ne vaut que d’être nouvelle de ce qui serait une véritable innovation culturelle?»

Elles interrogent ainsi les lois du marché qui imposent aux designers de produire tous les ans de nouvelles formes dans le seul but d’attirer les regards et l’attention pour bien se vendre. Pour elles, le design doit être capable d’apporter plus de valeur que cela. Il doit prendre en considération le passé, ne pas occulter le rapport à la matière et à la physicalité, apporter plus de contenu.

Hella Jongerius & Louise Schouwenberg, A Search Behind Appearances – ¡innovation requires serendipity!, 2016

Suite à ce manifeste, elles sont invitées à réaliser une exposition pour Die Neue Sammlung-The Design Museum à Munich en 2017, ce qui leur offre l’occasion de matérialiser des réponses à ces remarques, et à créer un prolongement au manifeste de 2015. C’est cette exposition qui est reprise au Mudam. À travers plusieurs installations, elles mettent en scène de manière poétique et subtile l’apport que certains objets ont pu avoir d’un point de vue culturel.

S’appropriant le jeu du théâtre d’ombres, des mécanismes qui semblent à la fois simples et sophistiqués projettent sur des écrans les silhouettes d’objets emblématiques de notre quotidien. À cela se mêle l’intérêt d’Hella Jongerius pour la création textile, et le tissu devient à la fois porteur d’histoires et support de projection. À travers un jeu de lumière, elles attirent l’attention des visiteurs sur des détails qui viennent sous-tendre leur discours. Elles réinterrogent également la place de l’archive et du discours en design. Des éléments textuels entrent dans la danse, et ajoutent une couche de significations et d’interprétations possibles.

Hella Jongerius & Louise Schouwenberg,  A Search Behind Appearances – ¿how to entertain a vivid dialogue with the archive?, 2016

Cette installation est complétée par une commande passée au designer Alexandre Humbert. Il a réalisé une vidéo ayant comme point de départ le mobilier d’Alvar et Aino Aalto pour le Sanatorium Paimio appartenant à la collection du Mudam. À partir de la porte de la chambre, élément conservé dans cet ensemble, il recrée des mises en scène à l’échelle 1:1 dans lesquelles les meubles jouent le premier rôle. «The Door» est une relecture des archives, une création à partir du passé tout en soulignant les valeurs qui sont véhiculées par les meubles. Une approche en droite lignée avec celle des deux Néerlandaises.

Juqu’au 13 janvier, www.mudam.lu