Partenariat

La Lhoft ajoute la Corée du Sud à sa toile en Asie

02 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
Loin d’être perçus comme des concurrents du Luxembourg, la Lhoft multiplie les partenariats avec les hubs et centres d’innovation asiatiques pour connecter les pépites à leurs marchés.
Loin d’être perçus comme des concurrents du Luxembourg, la Lhoft multiplie les partenariats avec les hubs et centres d’innovation asiatiques pour connecter les pépites à leurs marchés. (Photo: SIP)

Le centre d’innovation luxembourgeois dédié aux fintech a profité de la visite de travail de Xavier Bettel en Corée du Sud pour passer un partenariat avec son équivalent coréen. Il s’agit du cinquième Memorandum of Understanding (MoU) signé par la Lhoft avec un partenaire asiatique en moins d’un an.

Paiement mobile, bitcoin… C’est un fait, l’Asie est en avance par rapport à l’Europe sur le créneau de la technologie financière. Qu’il s’agisse de la Chine, du Japon ou de la Corée du Sud, les marchés sont souvent novateurs dans ce secteur.

Loin d’être perçus comme concurrents du Luxembourg, ces hubs asiatiques sont considérés comme des partenaires de premier choix pour connecter leurs pépites fintech à la Place luxembourgeoise. C’est de nouveau le cas en Corée du Sud, où le Premier ministre, Xavier Bettel, est actuellement en visite de travail.

De Singapour à Tokyo

Après une visite du plus grand incubateur du pays, le Seoul Startup Hub, le CEO de Luxembourg for Finance, Nicolas Mackel, a signé ce lundi un MoU au nom de la Lhoft avec son équivalent, le Seoul Fintech Lab.

Il s’agit de la concrétisation d’une cinquième collaboration avec un acteur asiatique en un an pour la Lhoft. En juin 2017, un premier accord avec la National Internet Finance Association (Nifa) chinoise avait été passé, déjà dans le cadre d’une visite officielle de Xavier Bettel. Quasiment au même moment, la Lhoft s’est rapprochée de LATTICE80, l’un des plus grand hubs fintech au monde, basé à Singapour.

«La tête de l’innovation fintech»

Au mois de septembre, un autre MoU avait été signé avec le centre de recherche chinois Tuspark, qui a d’ailleurs ouvert un bureau à la Lhoft depuis. Enfin, au mois de novembre, c’était au Japon, à l’occasion d’une visite du ministre des Finances, Pierre Gramegna, et là encore avec l’appui de Luxembourg for Finance, que le centre d’innovation fintech luxembourgeois s’est allié avec la Fintech Association of Japan.

«Les centres asiatiques prennent rapidement la tête de l’innovation fintech», explique Nasir Zubairi, le CEO de la Lhoft. «La signature de cinq MoU avec les hubs-clés d’Asie traduit notre engagement à nous concentrer sur les principaux centres d’innovation afin de trouver les meilleures solutions pour l’industrie financière luxembourgeoise et au-delà, à travers l’UE.»