Nouvel incubateur

La House of Start-ups se dévoile en partie

03 Octobre 2017 Par Jonas Mercier
La Lhoft et le futur incubateur de la Ville de Luxembourg se partageront les 4.200m2 situés dans le bâtiment Le Dôme, au croisement des quartiers Gare et de Bonnevoie.
La Lhoft et le futur incubateur de la Ville de Luxembourg se partageront les 4.200m2 situés dans le bâtiment Le Dôme, au croisement des quartiers Gare et de Bonnevoie. (Photo: Sébastien Goossens)

Une première visite des locaux qui accueilleront le futur Luxembourg City Incubator, Nyuko et la Luxembourg House of Finance (Lhoft) a été organisée mardi matin. Mais il faudra encore un peu d’imagination avant de savoir à quoi ressemblera vraiment la future maison des start-up.

Annoncée en juillet lors d’une conférence de presse à la mairie de Luxembourg-ville, la House of Start-ups a pris mardi un peu plus de contours avec une présentation «informelle» des locaux qui l’accueilleront en janvier 2018. La surface totale couvrira 4.200m2, qui seront répartis sur le rez-de-chaussée et trois étages du bâtiment Le Dôme, situé au 9, rue du Laboratoire. La Lhoft prendra ses quartiers sur les deux étages supérieurs, soit 2.200m2, et le Luxembourg City Incubator et Nyuko se partageront l’étage inférieur et le rez-de-chaussée.

«Nous allons prendre notre temps pour nous appliquer à bien aménager l’intérieur, car nous voulons absolument créer un effet ‘waouh’ dès l’arrivée des premiers locataires», explique Carlo Thelen, le directeur de la Chambre de commerce. «Il existe aujourd’hui beaucoup d’incubateurs au Luxembourg, et il faut savoir être attractif.»

La Lhoft prend ses aises

Issue d’un partenariat entre la Chambre de commerce et la Ville de Luxembourg, tous deux actionnaires à 50% de la SA qui a été créée à cette occasion, la House of Start-ups deviendra l’un des plus grands incubateurs du Luxembourg.

Elle permettra non seulement à la Chambre de commerce et la Ville d’avoir leur propre espace dédié aux start-up, qui sera géré par Nyuko, mais aussi à la Lhoft de croître. Plus de 30 start-up devraient ainsi être accueillies par l’incubateur financier, contre une quinzaine à l’heure actuelle.

La Lhoft occupera deux étages, soit 2.200 m2, qu'elle divisera en bureaux privatifs et espaces de co-working pour accueillir plus de 30 start-up. (Photo: Lhoft)Le Luxembour city incubator sera géré par Nyuko et accueillera des jeunes pousses de secteurs variés. (Photo: Luxembourg city incubator)

«Nous ne mettons pas la charrue avant les bœufs en investissant dans ces grands espaces, mais face au succès qu’elle rencontre, la Lhoft ne pouvait plus rester dans ses locaux actuels du Kirchberg, qui ne sont plus assez grands», a d’ailleurs rappelé le ministre des Finances, Pierre Gramegna.

Le vainqueur de la première édition des Fintech Awards, Governance.io, ne contredira pas le ministre. La start-up, qui faisait partie de la Lhoft, avait en effet dû trouver des bureaux plus spacieux dans l’espace de co-working The Office. Avec la House of Start-ups, elle retrouvera une place au sein de la Lhoft pour ses 17 collaborateurs. «Et aussi un endroit central, ce qui est très important pour nous car tous nos clients se trouvent à Luxembourg-ville», confirme Bert Boerman, le cofondateur de Governance.io.

Faciliter les interactions

Tous les membres de la Lhoft ont été invités à découvrir leur futur espace de travail, mais aussi les espaces communs qui seront partagés avec les start-up qui intégreront le Luxembourg City Incubator, dont le processus de sélection est en cours.

«Il s’agit bien d’une maison pour rassembler et soutenir ceux qui ont un intérêt commun», a d’ailleurs tenu à rappeler Carlo Thelen. «Après la House of Training et la House of Entrepreneurship, nous offrons aux entrepreneurs une ‘house of incubation’ pour les aider à réaliser leurs idées de business.»

Donner une chance à tous les esprits créateurs de concrétiser leur projet.

Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg

L’objectif n’est pas seulement de faire cohabiter deux incubateurs sous un même toit, mais aussi de créer un écosystème et faciliter les interactions entre entrepreneurs. «C’est l’une des grandes forces du Luxembourg de pouvoir cultiver de manière concrète cet esprit de communauté de start-up», a expliqué Nasir Zubairi, le CEO de la Lhoft.

Un constat partagé par la bourgmestre, Lydie Polfer, qui a déclaré que la Ville de Luxembourg soutenait «avec cœur et énergie» cette initiative. «Il faut donner une chance à tous les esprits créateurs de concrétiser leur projet, car c’est eux qui permettront au Luxembourg de rester ce qu’il est, un lieu agréable à vivre et très ouvert», a-t-elle ajouté.

Pour rappel, le budget annuel de cette structure sera d’environ 1 million d’euros, financé à égale mesure entre la Ville et la Chambre de commerce, qui ont signé à cette occasion un partenariat sur les six prochaines années.