Réaction

La Fedil se fâche contre Differdange et Sanem

09 Février 2018 Par Paperjam.lu
Selon les calculs de l’association patronale, le Luxembourg devrait avoir environ 12 décharges de ce type pour absorber les besoins.
Selon les calculs de l’association patronale, le Luxembourg devrait avoir environ 12 décharges de ce type pour absorber les besoins. (Photo: Heinle

La Fédération des industriels dénonce la décision des autorités locales de Differdange et Sanem de refuser la construction d’une décharge de déchets inertes sur leur territoire et en appelle désormais au gouvernement pour prendre ce dossier en main.

Quelques jours après que les collèges échevinaux des communes de Sanem et Differdange aient mis leur veto au projet sur leur territoire d’une nouvelle décharge au crassier, la Fedil a tapé du poing sur la table en rappelant jeudi dans un communiqué l’importance de ce type de structures pour supporter l’activité de construction du pays.

«Ces déchets, ce n’est que de la terre», a déclaré le secrétaire général du groupement des entrepreneurs de la Fedil, Pol Faber, à nos confrères du Wort. Et d’ajouter que pour supporter la livraison de 40.000 logements supplémentaires, les entreprises de construction avaient besoin d’endroits où déposer ces déchets inertes.

Selon les calculs de l’association patronale, le Luxembourg devrait avoir environ 12 décharges de ce type pour absorber les besoins. «Il y avait la décharge de Strassen qui a été si rapidement remplie que cela montre les besoins!», a précisé Pol Faber, toujours au Wort.

C’est désormais aux ministres de l’Intérieur Dan Kersch et du Logement Marc Hansen de travailler sur ce dossier pour débloquer la situation, estime la Fedil, qui espère que ce dossier sera rapidement résolu pour que les travaux puissent commencer.