Acquisition

KBL epb s’étend encore aux Pays-Bas

09 Novembre 2017 Par Jean-Michel Lalieu
Yves Stein KBL ebb
Yves Stein confirme que KBL epb continuera à se renforcer sur ses marchés-clés. (Photo: Sébastien Goossens)

KBL epb reprend sa politique d’acquisitions. Le groupe bancaire luxembourgeois vient de signer un accord avec le Suisse Lombard Odier pour reprendre ses activités de banque privée aux Pays-Bas.

Un an et demi après l’acquisition de la banque privée Insinger de Beaufort, qui lui a permis d’entrer dans le top 3 de la banque privée aux Pays-Bas, KBL European Private Bankers se renforce à nouveau sur ce marché. Il vient en effet de signer un accord avec le gestionnaire de fortune suisse Lombard Odier pour la reprise de ses activités néerlandaises.

Après la fusion entre Theodoor Gilissen et Insinger de Beaufort pour créer le nouvel ensemble InsingerGilissen en avril 2016, le marché hollandais est déjà le plus important du groupe de banque privée luxembourgeois, avec un total d’actifs sous gestion de 25 milliards d’euros.

Question de confiance

La reprise de l’activité de Lombard Odier, soumise à l’approbation des autorités réglementaires, lui apporte un milliard d’euros de plus. Basée à Amsterdam, elle emploie 12 personnes, qui viendront grossir les rangs des 325 collaborateurs de la filiale hollandaise de KBL epb.

Le groupe de banque privée luxembourgeois entretient des relations étroites avec Lombard Odier depuis qu’il a entrepris une vaste opération de migration vers sa plateforme informatique pour assurer sa transformation numérique. «Mais cette opération s’est faite selon un processus classique tout à fait ouvert», précise Yves Stein, Group CEO de KBL epb. «Lombard Odier a vu en nous la meilleure solution pour ses clients et son personnel.»

Pour le CEO, qui signe sa cinquième acquisition en trois ans, et sa dernière avant de se retirer et céder les rênes de l’entreprise au Belge Peter Vandekerckhove en janvier prochain, «cette opération, si elle n’est pas la plus importante, marque notre volonté de poursuivre la croissance externe. Notre marche en avant avait été ralentie ces derniers temps par la lourdeur de l’opération de migration de nos activités IT».

Cette opération marque notre volonté de poursuivre la croissance externe.

Yves Stein, Group CEO KBL epb

Elle prouve aussi, selon lui, la volonté de Precision Capital, son actionnaire qatari, de faire grandir le groupe sur ses marchés-clés (Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas, Belgique et Royaume-Uni). «Nous estimons toujours la taille critique à 10 milliards d’euros d’actifs sous gestion dans chaque marché et une position dans le top 3», poursuit Yves Stein.

Il observe aussi, au regard de la récente opération aux Pays-Bas, qu’une position importante sur un marché donne de la crédibilité par rapport à un vendeur potentiel qui veut assurer l’avenir de sa société au sein d’un nouvel ensemble. «Ça nous renforce dans l’idée qu’il faut continuer à grandir sur les marchés où nous sommes déjà importants, plutôt que de viser de nouveaux marchés.»