Biobanque

Innovation médicale: le Luxembourg en pointe

16 Novembre 2018 Par Luxinnovation
L’IBBL a été désignée comme biobanque centrale et site principal de collecte et de stockage des échantillons qui seront prélevés auprès de 1.500 patients à travers l’Europe.
L’IBBL a été désignée comme biobanque centrale et site principal de collecte et de stockage des échantillons qui seront prélevés auprès de 1.500 patients à travers l’Europe. (Photo: IBBL)

Dans le cadre des partenariats IMI (Initiative en matière de médicaments innovants), l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL) participe à deux projets européens majeurs, Litmus et Cancer-ID, confirmant ainsi sa réputation d’excellence sur la scène internationale.

L’IBBL, biobanque autonome à but non lucratif créée en 2008 dans le cadre du «Health Sciences and Technologies Action Plan» du gouvernement luxembourgeois, vient de se voir confier un rôle à jouer dans deux projets IMI européens, Litmus et Cancer-ID.

Le projet Litmus (Liver Investigation: Testing Marker Utility in Steatohepatitis) vise à mettre au point et à valider des analyses sanguines et des techniques d’imagerie très précises pour permettre aux médecins et chercheurs de diagnostiquer plus rapidement et facilement la gravité des maladies du foie. 

Dans ce contexte, l’IBBL a été désignée comme biobanque centrale et site principal de collecte et de stockage des échantillons qui seront prélevés auprès de 1.500 patients en Europe. Y seront stockés des échantillons de sang, plasma, sérum, ADN, ARN, urine, selles, mais aussi des biopsies du foie. La biobanque luxembourgeoise apportera son expertise à un consortium de 47 partenaires de recherche provenant d’universités internationales prestigieuses et de grandes entreprises pharmaceutiques.

L’objectif du projet Cancer-ID (Cancer treatment and monitoring through identification of circulating tumour cells and tumour related nucleic acids in blood) est de valider l’utilisation de biomarqueurs sanguins spécifiques pour le diagnostic précoce du cancer. Selon Kristin Kornerup, project manager à l’IBBL, ces derniers «pourraient aider à surveiller l’efficacité du traitement et aider les cliniciens à choisir le bon traitement pour le bon patient, et au bon moment». 

Notre participation à ces projets contribue à renforcer notre réseau de partenaires.

Kristin Kornerup, project manager à l’IBBL

Le projet se concentre principalement sur les cancers du poumon et du sein. Dans ce projet, l’IBBL validera des méthodes de laboratoire. La biobanque participera à l’élaboration de procédures et à la création d’un programme de contrôle qualité externe.

La participation de l’IBBL à ces projets majeurs démontre le rôle de leader de la biobanque luxembourgeoise en matière de recherche sur les spécimens biologiques. «Compte tenu de la sélectivité des subventions accordées par IMI, l’IBBL est très fière d’avoir été retenue comme partenaire de ces deux consortiums prestigieux. Notre participation à ces projets contribue à renforcer notre réseau de partenaires et à développer notre portefeuille de projets européens et internationaux», déclare Kristin Kornerup.


Kristin Kornerup (Photo: IBBL)

Stimuler l’innovation pharmaceutique

En matière de recherche biomédicale, le Luxembourg tire son épingle du jeu grâce, notamment, à une position géographique privilégiée et une image neutre par rapport à l’Europe. De plus, le poids de l’industrie pharmaceutique européenne pèse lourd sur le marché du travail européen. Dans ce contexte, le Luxembourg ne ménage pas ses efforts pour accueillir des chercheurs de premier plan, dont l’installation est facilitée grâce à une politique de bourses dynamique. 

En 10 ans d’existence, l’IBBL a fait du chemin et est devenue un partenaire national et international renommé. Souvent sélectionnée pour mener de grandes études cliniques internationales ou participer à des projets européens de grande envergure, la biobanque soutient les projets de recherche qui visent à convertir les découvertes d’aujourd’hui en solutions de soins de santé de demain. 

«L’IBBL met à disposition des partenaires des consortiums européens toute son expertise en matière de validation de biomarqueurs, ce qui devrait augmenter la visibilité du Luxembourg auprès des universités, PME et entreprises pharmaceutiques de renommée internationale. Et les résultats de ces deux projets se traduiront par de meilleurs soins de santé tant pour les patients européens que luxembourgeois», précise Kristin Kornerup.


(Photo: IBBL)

Leader de la production pharmaceutique mondiale

En deuxième place après les États-Unis en matière de production de médicaments, l’industrie pharmaceutique européenne alimente 35% de la production pharmaceutique mondiale. Or, depuis quelques années, le Vieux Continent perd du terrain dans ce domaine. Autrefois surnommée «la pharmacie mondiale», l’Europe développait et produisait sept nouveaux médicaments sur dix. Un chiffre qui, aujourd’hui, est tombé à trois sur dix. 

L’Initiative en matière de médicaments innovants (IMI) a été créée dans le but de regrouper les efforts publics et privés afin de permettre à l’Europe de redevenir un leader et d’occuper la première place mondiale en matière de recherche biopharmaceutique. 

Avec un budget de 3,3 milliards d’euros pour la période 2014-2020, elle finance des recherches qui ont pour but d’accélérer le développement de médicaments innovants et d’en faciliter l’accès aux patients. 

Le 14 décembre prochain seront célébrés les 10 ans de financement et de découvertes médicales faites dans le cadre de l’initiative IMI, lors d’une conférence internationale organisée par Luxinnovation et ses partenaires, le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB), l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL), le Laboratoire national de santé (LNS) et le Luxembourg Institute of Health (LIH).

Le formulaire d’inscription est accessible sur le site de Luxinnovation.