#HUBRADAR

Google domine le classement des dépenses en lobbying

26 Janvier 2018 Par Hub Institute
Google
Un investissement justifié alors que l’entreprise est encore sous le coup de plusieurs enquêtes pour abus de position dominante, après l’amende record de 2,4 milliards d’euros contre Google Shopping. (Photo: Licence C.C.)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

Google devient le plus grand lobbyiste des États-Unis 

C’est la première fois qu’une entreprise Tech domine le classement des dépenses en lobbying auprès du Congrès à Washington. Ce sont généralement des associations ou des chambres de commerce qui occupent cette marche du podium. Au total, les Gafa ont déboursé dans ce domaine 50 millions de dollars, avec de fortes augmentations du budget cette dernière année, à l’image d’Apple qui a doublé ses dépenses en lobby en 2017. Une stratégie d’influence que Google met également en œuvre auprès de l’Union européenne, avec un budget alloué de 4,25 millions d’euros en 2016 et 14 lobbyists affectés.  Un investissement justifié alors que l’entreprise est encore sous le coup de plusieurs enquêtes pour abus de position dominante, après l’amende record de 2,4 milliards d’euros contre Google Shopping.

Et si les enfants savaient coder…

Face à la complexité des nouvelles technologies, une start-up de l’Edtech, Magic Makers, propose des ateliers d’initiation au code pour les enfants de primaire. L’idée: les familiariser à ces termes et langages au plus tôt, dans un monde qui se digitalise de plus en plus. Le concept pourrait même être intégré au parcours scolaire, puisque Mounir Mahjoubi se montre réceptif à l’idée d’instaurer une épreuve de code au bac.

Facebook soutient l’initiative, et a invité Magic Makers lors de son exposition Connexions cette semaine à Station F. Exposition à laquelle le HUB Institute était présent, et dont vous pouvez retrouver l’album photo ici.

Pet Tech: une génération millénale d’animaux?

La transformation digitale ne touche pas uniquement les entreprises ou les humains, mais aussi les animaux, qui disposent eux aussi d’objets connectés. Au rang desquels des jouets, des robots de compagnie, des jeux éducatifs, mais aussi des visiophones pour qu’un animal laissé seul puisse appeler son maître et chatter avec lui. Il ne reste plus qu’à lui apprendre à respecter vos pauses café... D’autres sont plus «utiles»: des litières qui se changent toutes seules aux trappes à croquettes commandables à distance.

Le digital vient donc réinventer un nouveau marché, celui des animaux de compagnie, qui en 2016 représentait 60 milliards de dollars aux États-Unis.

S’abonner à la veille digitale #HUBRADAR proposée par le HUB Institute.