Mise au point

«Gepor n’est pas à vendre», assure ArcelorMittal

17 Octobre 2017 Par Frédéric Antzorn
ArcerlorMittal
La direction d'ArcelorMittal est formelle: sa filiale Gepor n'est pas à vendre. (Photo: Paperjam.lu / archives)

Un problème de communication entre ArcelorMittal et des salariés de sa filiale Gepor, en Lorraine, était à l’origine d’un mouvement de grève qui n’avait pas lieu d’être, selon la direction du groupe.

La direction d’ArcelorMittal à Luxembourg a évoqué ce mardi un «malentendu» à la source d’un mouvement social entamé la veille en Lorraine par des salariés de l’entreprise Gepor, filiale à 100% du géant mondial de la sidérurgie.

Comme cela avait été annoncé, le CEO d’ArcelorMittal Atlantique et Lorraine – Eric Niedziela – a rencontré durant la journée les employés de Gepor à l’origine de cette grève, pour leur préciser qu’il n’était nullement question pour le sidérurgiste de vendre sa société et que les 187 emplois chez Gepor n’étaient donc pas menacés.

Selon ArcelorMittal, la décision prise en comité central d’entreprise la semaine dernière ne porte pas sur Gepor, mais concerne les activités de logistique et d’emballage d’ArcelorMittal Atlantique et Lorraine.

Le sidérurgiste souhaite regrouper ces activités aujourd’hui externalisées auprès de plusieurs sous-traitants différents chez un sous-traitant unique, à l’exception de la partie assurée par Gepor. Qui le restera donc.