Mouvement

Georges Bock tourne la page KPMG

01 Juin 2018 Par Thierry Raizer
Georges Bock
À 50 ans, Georges Bock veut continuer à s’intéresser à la technologie au service de la finance. (Photo: Gaël Lesure)

L’ancien managing partner du cabinet a décidé d’écrire un nouveau chapitre de sa vie professionnelle, en lien avec ses domaines de prédilections. Il quittera KPMG à la fin de l’année. Il est déjà remplacé, dès ce 1er juin, par Sébastien Labbé en tant que head of tax.

Georges Bock est en partance de KPMG. Celui qui occupait jusqu’ici le rôle de head of tax et membre du comité exécutif a choisi de quitter le cabinet d’audit et de conseil. Après 27 ans de service. 

«Il faut savoir se réinventer après 27 ans dans une grande structure, déclare Georges Bock à Paperjam. Ce qui va me manquer le plus est de côtoyer des jeunes collaborateurs talentueux, de m’inspirer de leurs idées.»

En charge de la fiscalité, auditeur à ses débuts, responsable du marketing durant son parcours, Georges Bock aura occupé différentes fonctions au sein de celui qui était jusqu’ici son unique employeur.

Mentors

L’étape la plus marquante aura été le mandat de managing partner, de 2012 à 2016. N’ayant pas été réélu – de justesse –, il était revenu à la matière fiscale. «Lorsque j’ai commencé mon mandat de managing partner, nous étions en dessous de 1.000 personnes, 1.650 lorsque j’ai terminé, se souvient Georges Bock. Si vous pouvez créer une dynamique et un esprit d’entreprendre avec toutes ces personnes, le résultat peut être phénoménal.»

Au moment de dresser le bilan, il pense aussi à ses mentors, dont le fiscaliste Roger Molitor. «C’est un de mes deux mentors avec John Li (ancien managing partner de KPMG), ils m’ont beaucoup appris, chacun à leur manière.»

Entrepreneur dans ses passions

Intrapreneur dans l’âme, Georges Bock veut désormais devenir entrepreneur, à la fois comme investisseur et coordinateur de projet. Il est encore trop tôt pour révéler les détails, mais la technologie et la place financière seront à son agenda. 

«Je veux rester dans le digital, la technologie en lien avec le secteur financier, note Georges Bock. Je pense aussi à la blockchain qui deviendra incontournable. J’ai pu observer de près les différents changements de la place financière et si, comme par le passé, on s’y prend de façon intelligente, il n’y aura pas de ‘bain de sang’.»

Enthousiaste à l’idée de bâtir de nouveaux projets à 50 ans, l’instigateur des Fintech Awards envisage son avenir professionnel en mode «collaboration ouverte.»

«Faire le mix entre les jeunes talents et l’expérience est un cocktail qui peut s’avérer énergique. Je crois en l’idée d’échanger pour innover, pour créer. Je suis aussi convaincu par la ‘networking economy’.»

Sébastien Labbé, nouveau head of tax

L’heure est donc à la transition entre Georges Bock et son successeur, d’ici à la fin de l’année. Sébastien Labbé devient en effet head of tax et membre du comité de direction à partir de ce 1er juin selon le communiqué diffusé ce vendredi par KPMG.

Il possède près de 22 ans d’expérience dans le secteur financier auprès des banques, des compagnies d’assurance et des fonds d’investissement qu’il conseille. 

«Auparavant head of people, Sébastien met l’accent sur les talents qui aideront le groupe à s’orienter vers une approche collaborative de plus en plus nécessaire face à la transformation numérique», déclare Philippe Meyer, managing partner de KPMG, dans un communiqué de presse.