Mobilité

Frontaliers: la réplique du Luxembourg à la SNCB

26 Octobre 2018 Par Nicolas Léonard
Le matériel mis à disposition de la SNCB est en parfait état, réplique-t-on du côté luxembourgeois. (Photo: CFL/Paperjam archives)

Du matériel des CFL peu fiable, des problèmes de communication, un projet de P+R à Stockem-Viville (Arlon) à l’arrêt... Les propos du ministre belge de la Mobilité, François Bellot (MR), ont été peu appréciés au Luxembourg. La réplique est venue du ministère du Développement durable et des Infrastructures (MDDI). 

Certains, aux CFL ou au ministère du Développement durable et des Infrastructures (MDDI), ont failli en laisser tomber leur croissant dans leur café ce vendredi matin en consultant la newsletter de Paperjam. Interpellé en commission de la Chambre à Bruxelles, le ministre belge de la Mobilité, François Bellot (MR), a en effet donné écho à des explications de la SNCB qui laissent plus que perplexe au Luxembourg.

Le ministre était questionné par les députés de la province de Luxembourg, Benoît Piedboeuf (MR) et Anne-Catherine Goffinet (CDH), au sujet des nombreux problèmes connus par les milliers de travailleurs frontaliers belges qui rejoignent le Luxembourg en train. Les retards et les annulations sont en effet fréquents depuis des semaines.

François Bellot, relayant des explications de la SNCB, a mis en avant les travaux sur la ligne Bruxelles-Arlon-Luxembourg et le souci de la compatibilité entre le matériel belge et le nouveau voltage des lignes luxembourgeoises à 25kV. Le ministre a aussi évoqué le fait que du personnel belge conduisait désormais du matériel des CFL.

«Mais, d’une part, ce matériel semble présenter des problèmes de fiabilité. Et, d’autre part, les conducteurs belges manquent d’expérience sur ce matériel.» À tel point que la création d’une hotline serait envisagée. François Bellot a aussi dit que la communication vis-à-vis des frontaliers de la part des CFL et de la SNCB n’était pas bonne et qu’il faudrait «améliorer le flux». Avant d’évoquer aussi le dossier du très attendu parking P+R de Stockem-Viville, quelque peu à l’arrêt, mais pour lequel une réunion doit avoir lieu à Luxembourg le 21 novembre prochain.

Voltage: la SNCB avertie depuis six ans!

«Je suis très étonnée de ces propos, car il va sans dire que le projet de changement de voltage était connu depuis au moins six ans par la SNCB, avec laquelle les CFL ont des échanges réguliers», explique Dany Frank, porte-parole du MDDI, à Paperjam. «Ce projet s’est fait en étroite collaboration avec Infrabel. Depuis, le ministre François Bausch a envoyé un nombre innombrable de courriers à son homologue belge, afin de l’inciter à rattraper le retard conséquent des investissements du réseau SNCB et ainsi enfin l’adapter aux standards européens.»

Les reproches quant à la fiabilité du matériel des CFL ont aussi été très mal reçus. «Les CFL doivent mettre du matériel roulant CFL à disposition de la SNCB, afin de dépanner les collègues belges suite à un manque de matériel roulant SNCB compatible avec les 25kV. Ce matériel Dosto est en excellent état. Une hotline, qui présente un appui efficace pour assister les conducteurs de la SNCB, est également déjà en place depuis quelques jours», complète encore Dany Frank, qui ne comprend donc pas que la SNCB dise que la création de la hotline est seulement... envisagée.

P+R: pas une priorité pour la Belgique

Le parking P+R? «Il a été décidé unilatéralement par le gouvernement belge que ce projet ne soit pas prioritaire à ce stade», rapporte la porte-parole.

Quant à la communication, le nécessaire est fait et elle devrait être encore meilleure très rapidement. «Le client luxembourgeois sera informé, par exemple, en temps réel des retards sur le territoire belge via l’application CFL mobile», conclut Dany Frank.