EXPERTISE - POST

Faciliter la gestion et la supervision de nos systèmes

26 Juillet 2017 Par Cécile Bruneau
Guillaume Castillo
Guillaume Castillo a mené un projet de refonte complète de l’infrastructure.  (Photo: Post Luxembourg)

Administrateur informatique au sein de la Royale SA, société de vente par correspondance de compléments alimentaires naturels, Guillaume Castillo a mené un projet de refonte complète de l’infrastructure. Il en évoque les enjeux et les bénéfices, parmi lesquels une gestion et une supervision largement facilitées.

Pouvez-vous nous décrire les besoins en informatique de votre société?

«Notre équipe compte un peu moins de 80 personnes. Au niveau du call center, où travaille une trentaine de collaborateurs, l’informatique est un soutien capital à l’efficience des équipes. Elle leur apporte une interface qui facilite la prise de commande et qui offre un accès aisé aux informations utiles au sein de la base de données. L’IT offre aussi un réel soutien logistique, permettant un meilleur suivi des expéditions. L’équipe informatique a pour mission de gérer l’infrastructure, des serveurs aux postes de travail, de garantir les opérations et d’assurer l’assistance aux utilisateurs.

Vous avez récemment refondu l’ensemble de votre infrastructure. Qu’est-ce qui justifiait la mise en œuvre d’un projet aussi délicat?

«Nous travaillons actuellement sur trois sites, un en Belgique et deux au Luxembourg, avec une information décentralisée, entre les données relatives au stock d’un côté et celles qui concernent les prises de commande et l’expédition de l’autre. Un des enjeux est de pouvoir maintenir une connexion entre les trois sites pour assurer la continuité des opérations dans le temps. Ces dernières années, avec une infrastructure vétuste, nous étions confrontés à un nombre grandissant de problèmes. Il était nécessaire de renouveler le parc pour faciliter la gestion et poursuivre notre croissance. Cette transformation nous a aussi permis d’intégrer de nouveaux outils afin, notamment, de faciliter la prise de commande. Tout cela n’était pas possible sans une infrastructure entièrement virtualisée.»

 Lire la suite de l’article