Veto de la Commission européenne

Échec de la fusion Siemens-Alstom

07 Février 2019 Par Ioanna Schimizzi
Margrethe Vestager, Commissaire chargée de la Concurrence, a expliqué que la Commission «a interdit la (fusion) parce que les entreprises n'étaient pas disposées à remédier aux importants problèmes de concurrence que nous avons relevés».
Margrethe Vestager, commissaire chargée de la Concurrence, a expliqué que la Commission «a interdit la (fusion), parce que les entreprises n’étaient pas disposées à remédier aux importants problèmes de concurrence que nous avons relevés». (Photo: Shutterstock)

La Commission européenne a rejeté ce mercredi le rapprochement entre le français Alstom et l’allemand Siemens. Un droit de veto rarement utilisé par la Commission, mais cette dernière craignait les effets de cette fusion.

La Commission européenne a fait usage de son droit de veto ce mercredi, dans le projet de fusion Siemens-Alstom. L’objectif final de ce rapprochement était de créer un champion européen du ferroviaire pour faire face à la concurrence chinoise, et notamment à CRRC, numéro un du ferroviaire mondial.

«La Commission a interdit la concentration, parce que les entreprises n’étaient pas disposées à remédier aux importants problèmes de concurrence que nous avons relevés», a ainsi justifié Margrethe Vestager, commissaire chargée de la Concurrence, selon plusieurs médias présents lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

France et Allemagne ne baissent pas les bras

Bruno Le Maire a déclaré, lors d’une interview sur France 2, qu’il s’agissait d’«une erreur économique (...) et une faute politique. Le rôle de la Commission européenne est de défendre les intérêts économiques et industriels européens.» Le ministre français de l’Économie a ajouté que cette décision de la Commission allait, au contraire, «servir les intérêts économiques et industriels de la Chine».

Son homologue allemand, Peter Altmaier, a également annoncé que les deux pays prévoyaient une initiative pour réformer les règles européennes de concurrence et faire face à la Chine.