Connectivité

Du wifi dans les avions européens

16 Avril 2018 Par Jonas Mercier
British Airways
British Airways sera la première compagnie à proposer un service d’internet en vol dans le ciel européen. (Photo: Licence C. C.)

Le britannique Inmarsat, en partenariat avec Deutsche Telekom, a annoncé lundi qu’il lançait son système d’internet en vol pour les vols intra-européens. SES propose depuis plusieurs années des services équivalents, mais en Amérique.

Naviguer sur le web en plein air est en passe de devenir une réalité dans le ciel européen. La société britannique de télécommunications, avec son partenaire Deutsche Telekom, a annoncé lundi que son système de wifi pour avion, qu’elle a baptisé «European Aviation Network» (EAN), devrait fonctionner sur les vols court et moyen-courriers européens d’ici l’été.

Ce sont les avions de British Airways qui seront les premiers servis, suivis par l’ensemble des appareils des filiales du groupe IAG (International Airlines Group): Aer Lingus, Iberia et Vueling. Sollicité par Paperjam pour savoir si elle était intéressée par ce service, Luxair n’avait pas encore répondu lors de la publication de cet article.

«L’objectif est de transformer l’expérience passager et de révolutionner le modèle économique des court et moyen-courriers en libérant de nouveaux flux de revenus annexes pour les compagnies aériennes – des offres de publicité, de sponsoring, d’e-commerce, sans oublier la fidélisation accrue des passagers», a expliqué dans un communiqué Philip Balaam, le président d’Inmarsat Aviation.

Jusqu’à 75Mb/s

Le système EAN se base non seulement sur des satellites, mais aussi sur un réseau d’antennes relais au sol. Au total, il y en a 350 dispersées dans l’ensemble des pays européens. Ce dispositif permet d’atteindre des débits de l’ordre de 60 à 75Mb/s, précise la compagnie britannique.

Inmarsat et Deutsche Telekom travaillent sur ce projet depuis plus de deux ans, mais c’est surtout l’autorisation du régulateur européen qui leur manquait pour lancer leur service. C’est chose faite depuis le 26 février et la publication de la décision de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes européenne (Arcep).

SES très actif sur ce créneau

Accéder à internet en avion n’est toutefois pas une nouveauté. Cette possibilité est déjà offerte par certaines compagnies sur les vols long-courriers, principalement transatlantiques. Mais elle est surtout très développée sur le continent américain. SES est d’ailleurs présent sur ce créneau qu’il considère «stratégique et en très forte croissance».

«Nous travaillons en partenariat avec les acteurs les plus actifs dans ce domaine au niveau mondial», explique Markus Payer, le porte-parole de la société. «Nous avons beaucoup investi pour être un des leaders de ce marché, qui vise la connexion en mobilité, autant pour les avions que pour les bateaux.»

C’est en Amérique du Nord et de plus en plus en Amérique du Sud que se trouve le gros du marché.

Markus Payer, porte-parole SES

SES avait d’ailleurs annoncé le lancement d’un satellite dédié à ce type de services il y a tout juste un an, en partenariat avec Thalès. L’opérateur luxembourgeois de satellites dit également travailler avec les fabricants d’antennes de réception placées à l’intérieur des avions ou des bateaux, pour maximiser les débits qui deviendront de plus en plus importants avec le développement de nouveaux composants.

«L’Europe nous intéresse également, tout comme l’Asie, mais à l’heure actuelle, c’est en Amérique du Nord et de plus en plus en Amérique du Sud que se trouve le gros du marché», ajoute Markus Payer.