Prévisions de la Commission

Deux petits points de moins pour la croissance

12 Juillet 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Pierre Moscovici se montre toujours rassurant pour la zone euro. (Photo: Twitter / Pierre Moscovici)

La Commission européenne revoit ses prévisions de croissance légèrement à la baisse pour la zone euro. Celle du Luxembourg devrait diminuer dans les mêmes proportions. Mais dans l’ensemble, l’économie européenne reste vigoureuse.

Dans ses prévisions d’été, la Commission européenne a abaissé ses estimations de croissance de la zone euro de 0,2%. La prévision pour l’année 2018 est donc de 2,1%. L’économie européenne reste solide, mais des éléments défavorables comme les tensions commerciales avec les États-Unis ont donné un coup de frein après cinq trimestres vigoureux.

Pour le Luxembourg, la prévision reste élevée à 3,5%, mais elle est aussi abaissée de 0,2% par rapport au printemps dernier. La commission perçoit une activité en baisse dans le secteur bancaire et une volatilité croissante sur les marchés financiers. La consommation privée devrait par contre s’améliorer.

La Commission européenne estime toutefois que la dynamique de la croissance en zone euro devrait se renforcer légèrement au second semestre de cette année, sous l’effet de l’embellie du marché du travail, de la réduction de l’endettement des ménages, d’une confiance des consommateurs qui reste forte et d’une politique monétaire toujours accommodante.

La croissance en Europe devrait rester résiliente.

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières

Pas de panique en vue, mais la commission préfère se montrer prudente. «La croissance en Europe devrait rester résiliente, étant donné que les politiques monétaires restent accommodantes et que le chômage continue de baisser. La légère révision à la baisse par rapport au printemps traduit l’impact des tensions commerciales et de l’incertitude politique sur la confiance et la hausse des prix de l’énergie», note Pierre Moscovici, commissaire pour les Affaires économiques et financières.

Il note que les prévisions tablent toujours sur une poursuite de l’expansion en 2018 et 2019, bien qu’il existe clairement un risque baissier, en cas de nouvelle escalade de mesures protectionnistes. «Personne ne sort vainqueur d’une guerre commerciale: elle ne cause que des pertes», insiste-t-il.

Pour 2019, la Commission européenne envisage une croissance moyenne de 2% pour la zone euro et pour l’UE dans son ensemble. Pour le Luxembourg, elle devrait être encore plus rabotée à 3,3% (3,5% lors des estimations de printemps). Les experts européens estiment que la consommation privée devrait régresser suite à un ralentissement de la croissance de l’emploi.