#Hubradar

Désamour entre l’IA et l’Europe?

05 Octobre 2018 Par Hub Institute
Beaucoup critiquent l’entrée en vigueur du RGPD, arguant que celui-ci va freiner l’évolution de l’intelligence artificielle.
Beaucoup critiquent l’entrée en vigueur du RGPD, arguant que celui-ci va freiner l’évolution de l’intelligence artificielle. (Photo: Shutterstock)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

IA & Europe: Villani témoigne

Assiste-t-on à une situation de désamour entre l’IA et l’Europe? Si beaucoup critiquent l’entrée en vigueur du RGPD, arguant que celui-ci va freiner l’évolution de l’intelligence artificielle, Cédric Villani, député français et mathématicien, estime que tout n’est pas perdu. Le scientifique reconnaît que le Vieux Continent a du retard par rapport à ses cousins américain et asiatique, notamment car ces derniers disposent de budgets colossaux pour lancer nombre de programmes de recherche.

«L’Europe ne pourra jamais rivaliser en termes de budget. Par contre, on peut faire en sorte que ce budget s’infiltre dans tous les ministères et tous les secteurs», explique le mathématicien. Pour lui, si l’Europe veut devenir une véritable puissance de l’IA et lutter ainsi à armes égales avec les Américains et les Asiatiques, elle doit se doter de 3 choses: des cerveaux humains (faire rester les meilleurs éléments), des moyens de calcul (plus d’investissements dans les supercalculateurs) et de la donnée.

Enfin, le député déplore le système actuel qui consiste pour une start-up à grandir dans l’espoir de se faire racheter par un géant américain.

Quand le prêt-à-porter devient éthique

Est-il possible pour une entreprise de prêt-à-porter d’être responsable écologiquement parlant tout en continuant à faire du business? C’est en tout cas ce que veut faire la marque Bocage! À l’heure où la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde, l’entreprise a annoncé le lancement d’un nouveau service nommé «Atelier Bocage».

Il prendra la forme d’un service de location (à hauteur de 39€/mois) permettant aux clients de la marque de choisir 3 paires de chaussures en ligne, de venir en magasin, puis de repartir avec la paire souhaitée. À l’issue des deux mois de location, la personne aura alors le choix d’acheter les chaussures à un tarif préférentiel ou bien de les restituer.

Les chaussures restituées sont alors remises en état et reconditionnées pour alimenter un réseau de seconde main où l’abonnement sera également possible à un tarif moindre (19€/mois). «Notre ambition à terme est de moins consommer, et donc de moins produire», explique Clémence Cornet, directrice Marketing de la marque.

Le 4 Casino: quatre fois plus de plaisir

Casino vient d’inaugurer son nouveau magasin sur les Champs-Élysées. Baptisé «Le 4 Casino», ce nouvel espace de vente a été imaginé comme un lieu de vie et de consommation dopé au digital. Sur trois étages, le magasin dispose d’une cave à vins, d’un espace de coworking gratuit et d’un étage entièrement dédié aux produits vendus sur Cdiscount, la vitrine e-commerce du groupe.

Outre un immense mur numérique, permettant la commande et la livraison de plus de 5.000 produits, le magasin est ouvert à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit pour les clients possédant l’application dédiée. Enfin, comme pour Amazon Go, le magasin ne possède pas de caisses. Il suffit de scanner les produits et de payer en ligne. Avec ce nouvel espace, le groupe Casino affirme sa transformation digitale, déjà entamée par la montée en gamme de certaines enseignes, comme Franprix, et par son partenariat avec Amazon.

S’abonner à la veille digitale #HUBRADAR proposée par le HUB Institute.