Barreau

Dénouement dans l’affaire du foulard

14 Décembre 2017 Par Camille Frati
avocats
L’aspirante avocate française a finalement accepté de retirer son foulard lors de l’assermentation. (Photo: DR)

La jeune femme qui avait refusé d’ôter son foulard lors de son assermentation en septembre dernier, et ainsi renoncé à prêter serment pour intégrer le Barreau, est revenue sur ses positions et a pu être assermentée ce jeudi.

Revirement dans l’affaire du foulard qui avait secoué le Barreau et le milieu judiciaire en septembre dernier. Le Barreau communique ce jeudi que «la candidate qui s’était présentée en foulard le 21 septembre 2017 a été admise au tableau de l’Ordre des avocats du Barreau de Luxembourg».

Une assermentation rendue possible à la suite d’«échanges courtois et instructifs (…) entre l’Ordre des avocats et la concernée, ainsi qu’avec les représentants de la communauté musulmane», la Shoura.

Au cœur du débat: les règles et traditions de la profession d’avocat. «Le port de la robe est une tradition pour les avocats, et elle se porte en dehors de tout signe religieux, philosophique ou politique», soulignait Me François Prum, bâtonnier de l’Ordre des avocats, au lendemain de l’incident. «Et surtout la tradition veut que les avocats se présentent tête nue devant les juridictions.»

La jeune Française a décidé de se conformer aux règles et traditions régissant la profession d’avocat et qui garantissent son indépendance.

Barreau

Signe d’indépendance et de neutralité, la robe est donc considérée comme l’uniforme de l’avocat devant les tribunaux. Même si d’autres pays européens ont pu se montrer plus flexibles.

Décidée à défendre son point de vue lorsqu’elle avait raconté l’incident à Paperjam, la jeune aspirante avocate a manifestement revu ses positions. «La jeune Française a décidé de se conformer aux règles et traditions régissant la profession d’avocat et qui garantissent son indépendance», indique le Barreau. «Elle s’est ainsi présentée le 14 décembre, tête nue, sans signe manifestant une appartenance religieuse, communautaire, philosophique ou politique».

Fin de l’incident pour le Barreau, soutenu par le milieu judiciaire dans sa majorité sur ce dossier. Il n’y aura pas d’affaire du foulard portée devant les tribunaux au Luxembourg.