Aménagement du territoire

Cafouillage autour du crassier des Terres Rouges

20 Juillet 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Claude Turmes
Alors que Claude Turmes indique que le projet autour de la mise en place d’une zone transfrontalière sur le crassier des Terres Rouges doit passer «la semaine prochaine» en conseil de gouvernement, François Bausch se refuse à avancer une date. (Photo: Matic Zorman / archives)

Alors que le projet de création d’une zone transfrontalière dans le sud du pays devait être validé ce vendredi en conseil de gouvernement, l’adoption de ce dossier a été repoussée. Avec en toile de fond un différend entre membres du gouvernement.

Si Claude Turmes (Déi Gréng) entendait mettre sa patte sur les derniers mois de cette législature, se retrouver au centre d’une divergence au sein du gouvernement ne figurait probablement pas parmi ses plans. Car la volonté du nouveau secrétaire d’État au Développement durable et aux Infrastructures d’obtenir «un accord de principe» sur la création d’«un quartier moderne transfrontalier» sur le crassier des Terres Rouges sous ce gouvernement se trouve de plus en plus compromise.

Initialement prévu pour être adopté ce vendredi en conseil de gouvernement, le projet a été retiré de l’ordre du jour. Pour Claude Turmes, interrogé à la sortie de la réunion gouvernementale hebdomadaire, ce report n’est que temporaire, puisque le projet «sera présenté la semaine prochaine». Une affirmation contredite quelques minutes plus tard par François Bausch (Déi Gréng), ministre de tutelle du secrétaire d’État.

Mise en place d’«un régime juridique commun»

«Nous sommes toujours actuellement dans le processus de discussion interne, car plusieurs questions, notamment juridiques, se posent encore», détaille le ministre, en faisant état «de discussions tout à fait constructives». Mais qui se garde toutefois bien d’avancer une quelconque date de présentation en conseil de gouvernement. «Même si nous n’arrivons pas à faire passer ce projet en septembre, tout sera prêt pour le prochain gouvernement», assure-t-il. Le ministère d’État, de son côté, n’était pas en mesure, vendredi, d’apporter plus de précisions sur l’état d’avancement du dossier.

Pour rappel, le projet d’aménagement du crassier des Terres Rouges prévoit non seulement la mise en place d’«un espace bénéficiant d’un régime juridique commun permettant aux entreprises désireuses de s’installer au Luxembourg de le faire dans cette zone», mais aussi la création de logements et probablement d’espaces de coworking à destination des salariés frontaliers. En mars dernier, François Bausch assurait que l’idée de «permettre aux travailleurs non résidents de travailler quelques jours par mois, par exemple, dans cet espace» était «aussi à l’étude».