Recrutements juniors

Assurer l’emploi des générations suivantes

27 Septembre 2016 Par Florence Thibaut
Université de Luxembourg, Moovijob
L’Uni met un point d’honneur à penser à l’employabilité de ses futurs et actuels diplômés. (Photo: Michel Brumat)

Pour sa 3e édition, Unicareers.lu a réuni 3.600 jeunes pour 2.500 postes, dont 60% de contrats CDD ou CDI. Parmi les 120 employeurs séduits cette année, des géants comme Luxair ou ING et des plus petits joueurs comme le Club Med ou Talkwalker.

Ce vendredi 23 septembre, le salon de recrutement de l’Université du Luxembourg faisait son retour, quelques jours après la rentrée des étudiants de la promotion 2016-2017. La cible: des jeunes talents de Bac+2 à Bac+8 en provenance de toute la région (et pas uniquement passés par l'Uni). En trois ans, la foire à l’emploi s’est bien étoffée. De 60 entreprises lors de la première édition, elle est passée à 120 exposants.

«Unicareers.lu est devenu le rendez-vous du recrutement junior de la région», se réjouit Eric Tschirhart, vice-recteur de l’Uni, qui proposait elle-même 60 postes. «Nous ne visons pas Airbus situé à Toulouse, mais des entreprises qui veulent travailler et embaucher de la main d’œuvre ici. On constate cette année une belle émulation et une saine concurrence entre les entreprises. Elles jouent le jeu.»  

Nous ne sommes pas une université normale.

Eric Tschirhart, Université du Luxembourg.

Petite et proche de ses étudiants, l’Uni met un point d’honneur à penser à l’employabilité de ses futurs et actuels diplômés, notamment grâce à des contacts rapprochés avec les entreprises de différents secteurs. «Nous ne sommes pas une université normale et c’est une bonne chose», a affirmé le vice-recteur.

La palette des jobs proposés aujourd’hui va du stage à un emploi requérant 5 ans d’expérience. 60% des postes proposés sont des contrats, CDD ou CDI. «Il y a une vraie rentabilité pour les entreprises, qui peuvent en une journée rencontrer des fiscalistes, informaticiens ou encore juristes», note Eric Tschirhart. «On leur donne les bons candidats. C’est pour cela qu’elles reviennent. La mi-septembre est un moment idéal. C’est maintenant que se négocient les budgets RH.» L’an passé, Unicarreers.lu avait facilité 700 recrutements.

Penser à l’après-diplôme

Le temps fort de la journée: une table ronde consacrée, comme l’an passé, à l’emploi des jeunes au Luxembourg, et intronisée par Nicolas Schmit, ministre du Travail et de l’Emploi, dans une de ses dernières apparitions publiques en poste. «Le tout est de miser sur la bonne voie, On manque d’ingénieurs et d’informaticiens partout en Europe. Ce n’est pas un secret. La renaissance de l’industrie et l’explosion des TIC viennent encore le creuser», a-t-il introduit. «Il faut du courage dans sa vie professionnelle, prendre les bonnes décisions et savoir saisir les opportunités qui se présentent.»

Animée par Yannick Frank, directeur de Moovijob, partenaire de l’événement, la discussion a confronté différents DRH et employeurs du salon sur les thèmes cruciaux de l’orientation et de l’accompagnement des jeunes, de l’entrepreneuriat à tout âge et de la formation continue, indispensable à tout métier.

L’occasion était aussi donnée de mettre en valeur certains secteurs perçus comme peu «sexy» par les jeunes diplômés. «L’assurance souffre d’une mauvaise réputation injustifiée. Notre niveau d’expertise est très élevé et nous avons toute sorte de métiers, du fiscaliste à l’actuaire en passant par l’analyste de données. La digitalisation du secteur est très avancée», a expliqué David Brandt, head of HR chez Swiss Life, qui a déconstruit certains clichés.

La mobilité des jeunes ne peut pas être la seule réponse au chômage.

Nicolas Schmit, ministre de l'Emploi.

Et Nicolas Schmit de terminer sur une note européenne: «La mobilité des jeunes ne peut pas être la seule réponse au chômage en Europe, même si elle est essentielle. Bien perçu à l’étranger comme pays d’accueil, le Luxembourg contribue comme les autres à la plateforme Eures, qui permet de centraliser toutes les offres d’emplois des pays membres de l’Union.»