Résultats trimestriels

Alphabet impactée par l’amende record de Bruxelles

25 Juillet 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Google
Malgré l’amende infligée par Bruxelles, Alphabet affiche des résultats au deuxième trimestre plus solides qu’escomptés par les analystes. (Photo: Licence C.C.)

La maison mère de Google a publié lundi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, mais marqués par un bénéfice net en forte baisse, en lien direct avec la sanction infligée par la Commission pour abus de position dominante. Le géant américain prévoit de faire appel.

Pour la première fois depuis 10 trimestres, le bénéfice d’Alphabet n’a pas connu une croissance continue. Selon les résultats du deuxième trimestre publiés lundi aux États-Unis, la faute en revient à l’amende de 2,4 milliards de dollars (2,05 milliards d’euros) infligée par la Commission européenne à la société pour avoir abusé de sa position dominante via son comparateur de prix Google Shopping. Sur les trois premiers mois de 2017, le bénéfice de la maison mère de Google a baissé de plus de 27% pour s’établir à 3,52 milliards de dollars (3,01 milliards d’euros).

Ayant annoncé à la fois que cette amende figurerait dans ses résultats trimestriels et qu’il fera appel, le géant américain se trouve aux prises avec d’autres enquêtes de l’exécutif européen. Toujours pour abus de position dominante. La première au sujet de sa plateforme publicitaire AdSense, la seconde pour son système d’exploitation Android. Mais les menaces que fait planer Bruxelles ne semblent pas devoir freiner la croissance de la société, dont les résultats dévoilés surpassent les prévisions des analystes.

YouTube et ses 1,5 milliard d’utilisateurs

Présenté comme «phénoménal» par Sundar Pichai, CEO de Google, le deuxième trimestre 2017 a vu l’entreprise enregistrer une hausse de 21% de son chiffre d’affaires à 26 milliards de dollars (22,2 milliards d’euros). Le bénéfice par action, référence aux États-Unis, ressort pour sa part à 5,01 dollars contre 4,83 dollars attendus. La société américaine continue de bénéficier de la croissance continue de ses revenus publicitaires, située à 18% entre avril et juin dernier. Au cours des 18 derniers trimestres, cette dernière n’est jamais descendue sous la barre des 12%.

Au cours des trois derniers mois écoulés, la croissance a été soutenue par la forte hausse du nombre de clics sur les publicités présentes sur son moteur de recherche (+52%). Autre vecteur de croissance, YouTube et ses 1,5 milliard d’utilisateurs mensuels qui passent en moyenne une heure sur la plateforme, notamment via les appareils mobiles, GSM et tablettes en tête. Idem en ce qui concerne les services liés au cloud, même si la société n’a pas communiqué de chiffres précis sur ce secteur. Seule indication dévoilée: les revenus de Google hors publicité – dans lesquels sont intégrés les services cloud – ont progressé de 42% sur un an.

Pertes liées aux projets futuristes

Côté dépenses, le géant américain évoque la part des recettes qu’il reverse à ses partenaires qui s’est élevée à 5,1 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) - soit un milliard supplémentaire que par rapport au deuxième trimestre 2016 -, ses investissements dans les data centers ou «les achats de contenus» pour YouTube. Des éléments livrés sans plus de détail, au grand dam des autorités luxembourgeoises, toujours dans l’attente d’un accord d’un montant d’un milliard d’euros.

Les projets destinés à mettre au point de nouveaux produits, comme ceux liés aux voitures autonomes ou à internet par montgolfière, ont généré, eux, un chiffre d’affaires de 248 millions de dollars (212,9 millions d’euros), mais ont généré une perte opérationnelle de 772 millions (662,9 millions d’euros).