Location de bureaux

À défaut de l’ABE, le Moonlight hébergera la CSSF

13 Février 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Bâtiment Moonlight
Livré fin 2018, le bâtiment Moonlight, situé route d’Arlon, accueillera la CSSF sur «56,25% de sa surface», selon l’autorité de contrôle du secteur financier. (Illustration: cabinet d'architectes Jim Clemes)

Proposé par le gouvernement pour accueillir l’Agence bancaire européenne, le bâtiment de la route d’Arlon trouvera tout de même une utilisation dans le secteur financier, puisque plus de la moitié des locaux seront utilisés par l’autorité de surveillance à partir de 2019, selon nos informations.

Installée dans le bâtiment L'Aubépine depuis l’automne 2015 le long de la route d’Arlon, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) poursuit peu à peu son expansion. Avec quelque 770 agents en ce début 2018 contre 490 cinq ans plus tôt, l’organisme se trouve peu à peu à l’étroit dans son bâtiment de 7.000m2 prévu pour recevoir quelque 680 postes. Raison pour laquelle elle programme d’ores et déjà une expansion dans d’autres locaux. Ceux du Moonlight – propriété du groupe Félix Giorgetti – en l’occurrence, situé à quelques centaines de mètres de ses nouveaux locaux.

Initialement proposé par le gouvernement pour accueillir l’Agence bancaire européenne dans le cadre de son départ de Londres – pour finalement atterrir à Paris –, le bâtiment de la route d’Arlon sera occupé à «56,25% de la surface totale» par la CSSF, selon les rares données communiquées par cette dernière, dans le cadre d’un contrat de location.

Le bâtiment Moonlight, propriété du groupe Giorgetti, doit être livré fin 2018. (Illustration: cabinet d'architectes Jim Clemes)Haut de quatre étages, l'immeuble de bureaux sera occupé sur plus de la moitié de sa surface par la CSSF. (Illustration: cabinet d'architectes Jim Clemes)Le nombre précis de postes concernés n'est pas encore connu. (Illustration: cabinet d'architectes Jim Clemes)Le reste des espaces disponibles ont également tous été loués. (Illustration: cabinet d'architectes Jim Clemes)

Toutefois, ni le nombre de postes de travail ni la date précise de déménagement, et encore moins le montant du loyer, n’ont été livrés. Seule l’indication d’un transfert partiel des équipes vers les nouveaux locaux au «début de l’année 2019» a été donnée.

Même mutisme du côté du propriétaire de l’immeuble de 9.600m2 conçu par le cabinet d’architectes Jim Clemes, le groupe Félix Giorgetti se contentant d’indiquer que «l’ensemble du bâtiment comportera des bureaux exclusivement». Selon Inowai, en charge de la commercialisation de ces espaces, «plus aucune disponibilité n’existe pour ce bâtiment» dont la date de livraison est prévue pour «la fin 2018». L’ensemble des futurs occupants ont opté, comme la CSSF, pour la location.

À noter que les besoins d’expansion de la CSSF répondent à des exigences réglementaires, le champ de compétence de l’autorité de contrôle du secteur financier n’ayant cessé de croître au cours de ces dernières années. Et la donne ne devrait pas changer de si tôt, notamment avec la mise en place de la quatrième directive anti-blanchiment qui renforce les règles de surveillance en matière de transparence fiscale notamment. À ce jour, le site de la CSSF recense pas moins d’une cinquantaine d’offres d’emploi, ce qui devrait lui faire passer, dans les mois à venir, la barre des 800 agents.