Question parlementaire

2.200 entreprises dans les industries créatives

aujourd'hui Par France Clarinval
Le 1535° de Differdange
Le 1535° de Differdange est un bel exemple de concentration d’industries créatives. (Photo: Mike Zenari/archives)

Le député André Bauler (DP) a cherché à en savoir plus sur le secteur des industries créatives. La réponse de Francine Closener.

Le 1535° à Differdange est réputé pour être un «hub créatif», des portes ouvertes le 24 septembre permettront d’ailleurs de se rendre compte de ce qui s’y passe. Pour ceux qui y travaillent ou ont recours à leurs services, le terme est assez clair. Mais pour le grand public, ce n’est pas toujours chose aisée. D’où la question parlementaire du député libéral André Bauler à l’adresse du ministère de l’Économie pour connaître les secteurs d’activité concernés, le nombre d’entreprises et le rôle de l’État en la matière.

Dans sa réponse, Francine Closener, secrétaire d’État en charge de ces questions, précise d’abord la liste des secteurs concernés. Il s’agit de ceux de l’architecture, des métiers d'art, des arts visuels, des films et audiovisuel, du design, du fashion design, du gaming, du marketing et communication, de la littérature, du digital media et média, de l’édition, des arts de la scène et de la musique.

Près de 400 millions d’euros de valeur ajoutée au PIB

Ce sont des domaines très variés, certains plus proches de l’industrie, d’autres plus proches des arts où «la grande majorité des entreprises ciblées sont des indépendants agissant pour leur propre compte mais travaillant en coopération avec de nombreux autres indépendants en fonction du projet», précise la secrétaire d’État.

Par cette diversité des activités, des profils des professionnels et des cadres juridiques, le secteur n’est pas toujours facile à cadrer. Le ministère de l’Économie estime que 2.200 entreprises sont actives dans le domaine des industries créatives, ce qui représente 6% des entreprises luxembourgeoises. Une valeur ajoutée au PIB de 390 millions d’euros est générée par ce secteur, lequel emploie 6.300 salariés, ce qui représente 2% de la main-d'œuvre nationale.

Si 60% des entreprises du secteur sont des entreprises unipersonnelles, quelques acteurs de la communication, des médias ou du film sont des firmes de plus grande importance.

Quant à la question des aides et instruments mis en place par l’État, Francine Closener énumère l’accès aux régimes d'aides «RDI» pour les projets créatifs innovants, l’implication d’une personne dédiée au sein du «House of Entrepreneurship» et bien sûr, la création du cluster des industries créatives.