Les services de reporting fiscal se développent en réponse aux besoins du marché

19 Septembre 2013
Vincent Gouverneur (Deloitte Luxembourg)
Vincent Gouverneur (Deloitte Luxembourg) (Photo : archives paperJam)

Dans la perspective de l’entrée en vigueur de l'échange automatique de données bancaires entre le Luxembourg et les autorités fiscales des pays de l'UE et des États-Unis, Deloitte Luxembourg note de la part de ses clients du secteur bancaire une demande croissante de services y afférent.

«Les services que l’on nous demande sont très divers et correspondent aux défis que les banques doivent actuellement relever compte tenu de la fin programmée du secret bancaire. Sont concernées principalement les activités de conseil en rapport avec les déclarations fiscales des clients des banques, mais aussi le soutien opérationnel, par exemple la mise en œuvre d’une structure de reporting fiscal adaptée, la mise à disposition d’une infrastructure informatique, le reporting des risques, etc.» explique Vincent Gouverneur, Deloitte Investment Management leader pour la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), ainsi que partner et leader des services de reporting fiscal chez Deloitte Luxembourg. Vincent Gouverneur a récemment pris la responsabilité de cette offre stratégique de services, s’appuyant sur la grande expérience de Deloitte Luxembourg dans le domaine de l’outsourcing ainsi que du reporting et de l’enregistrement de fonds.

L’accord donné par le gouvernement du Luxembourg à la mise en œuvre de l’échange automatique des données bancaires à compter du 1er janvier 2015 a donné lieu à des prévisions pessimistes quant à l’avenir de la place financière.

En conséquence, et conformément à leur stratégie de l’«argent propre», les banques du Luxembourg mettent tout en œuvre pour aider leurs clients à se conformer à leurs obligations fiscales, y compris le reporting fiscal pour des années écoulées. Du fait de leur large clientèle internationale, elles doivent se donner les moyens de produire des reportings conformes aux exigences de différents pays, ce qui est tout sauf facile compte tenu de la pression actuelle sur les coûts.

Composé de 15 personnes, le service de reporting fiscal de Deloitte Luxembourg travaille actuellement pour le compte de clients assujettis à obligation de reporting dans 9 pays, par le biais également de Deloitte Tax Reporting Services AG. Cette nouvelle entité suisse propose un service complet d’outsourcing des processus métier conçu pour aider les banques à se mettre en conformité avec la réglementation relative à la retenue libératoire à la source entrée en vigueur le 1er janvier 2013 en vertu des accords Rubik.

«Si la levée du secret bancaire ne manquera pas de transformer le secteur, elle ne sera pas nécessairement néfaste pour les banques si celles-ci prennent dès aujourd’hui les mesures qui s’imposent.» dit Vincent Gouverneur. «Outre les aspects opérationnels et le conseil à la clientèle, elles doivent impérativement positionner leurs services en vue de l’avenir. Les banques du Luxembourg se trouvent en concurrence croissante avec leurs homologues des pays de résidence de leurs clients. Pour rester attrayantes face à cette concurrence internationale, elles vont devoir créer et proposer de nouveaux services.»