Communiqué de presse

L’engagement philanthropique poursuit son développement au Grand-Duché

02 Mai 2017
 (Photo: Fondation de Luxembourg)

Présentation du Rapport annuel 2016 de la Fondation de Luxembourg

La Fondation de Luxembourg a cette année poursuivi le renforcement de ses activités et compte désormais 64 fondations abritées sous son égide, dont les soutiens directs aux projets représentent plus de 21 millions d’euros depuis leur création. La diversité des fondateurs, de leurs parcours et de leurs motivations au moment de s’engager en philanthropie se reflète dans la variété des projets d’intérêt général soutenus tant dans le Grand-Duché de Luxembourg qu’à l’international.

À travers les 64 fondations abritées sous son égide, la Fondation de Luxembourg a consacré depuis sa création en décembre 2008 plus de 21 millions d’euros de soutiens directs aux projets, répartis sur cinq grands thèmes d’intervention: Pauvreté et Cohésion sociale, Éducation universelle, Santé et Recherche, Culture et Diversité ainsi que Biodiversité et Changement climatique. Ces fondations représentent un engagement cumulé de 125 millions d’euros mis au service de l’intérêt général par les donateurs. Les résultats de cette année montrent une progression continue de l’engagement philanthropique des Luxembourgeois et des résidents européens pour des causes d’intérêt général depuis le Grand-Duché. Henri Grethen, Président de la Fondation de Luxembourg se réjouit de constater la volonté de la population de s’engager en faveur de sociétés plus justes et plus harmonieuses. Comme il le souligne, «l’approche sur mesure de l’engagement philanthropique proposée par la Fondation a su convaincre plusieurs dizaines de fondateurs de s’investir en philanthropie, confirmant ainsi l’importance pour le pays de développer une expertise forte dans ce domaine».

Parmi plus d’une centaine de projets financés, l’année 2016 à notamment été marquée par deux importants projets de recherche: sur la maladie d’Alzheimer, mené par le Luxembourg Center for Systems Biomedicine, ainsi que sur les prévisions de production d’énergie photovoltaïque par le Luxembourg Institute for Science and Technology. La cohésion sociale restant également un sujet de préoccupation majeure pour les philanthropes, un programme particulièrement innovant de médiation animale en milieu carcéral a vu le jour à la maison d’arrêt de Strasbourg, et des soutiens aux épiceries sociales de Caritas et de la Croix-Rouge ont été renouvelés. Dans le domaine des arts et de la culture, de nouvelles acquisitions d’œuvres d’art ont été réalisées au profit d’institutions telles que le Musée National d’Histoire et d’Art de Luxembourg ou encore le Musée du Louvre, participant ainsi à l’enrichissement des patrimoines nationaux.

Tonika Hirdman, directrice générale de la Fondation de Luxembourg note une évolution marquante dans l’approche des fondateurs: «Les philanthropes d’aujourd’hui ont compris l’importance d’agir sur les causes plutôt que sur les effets. D’une force de réaction, la philanthropie devient vecteur de changements innovants, profonds et durables». C’est dans la perspective d’accompagner les donateurs au plus près de leurs attentes que la Fondation de Luxembourg propose un suivi et des structures adaptées à différentes démarches philanthropiques. Dans cette optique, la Fondation de Luxembourg a renouvelé son travail de sensibilisation et d’information autour de la philanthropie par le biais de conférences et de présentations à destination des divers acteurs de la Place financière. Elle a également prolongé sa collaboration de formation en philanthropie avec la Luxembourg School of Finance dans le cadre de leur programme de Master in Wealth Management destiné à des étudiants venu du monde entier. Il s’agit à présent pour la Fondation de Luxembourg de renforcer son rayonnement international tout en restant fidèle aux valeurs qui font d’elle un acteur clef de l’écosystème luxembourgeois et une véritable plateforme d’expertise pour celles et ceux qui souhaitent s’engager sur le long terme.