Impact investing: quel avenir à Luxembourg?

15 Mars 2013

«La coopération au développement a besoin des investisseurs privés pour optimiser ses actions sur le terrain.» Tel était le propos du professeur Dr Harry Hummels lors de la 24ème édition du Midi de la microfinance qui a rassemblé 150 personnes à la Banque de Luxembourg. Selon le professeur Hummels, la coopération au développement peut trouver dans l’impact investing un allié de taille puisqu’il cherche à créer un monde meilleur tout en continuant à générer un bénéfice financier. L’impact investing vise en effet à diriger les capitaux vers des entreprises soucieuses d’avoir un impact social et environnemental positif.

L’impact investing est une forme d’investissement émergente qui se développe à Luxembourg depuis 2010 avec l’EIIL (European Impact Investing Luxembourg). Cette initiative rassemble des acteurs de la finance, de l’audit et du monde légal qui souhaitent dynamiser le secteur. La première avancée concrète de l’EIIL est le dépôt d’une proposition législative qui permettrait d’octroyer le label « société d’impact sociétal » à des entreprises commerciales. Celles-ci pourraient alors gagner en visibilité et attirer l’investisseur qui cherche à générer un impact social positif en sus du bénéfice financier. L’avenir de l’impact investing dépendra certainement de la capacité du secteur à se structurer et à coordonner tous les maillons de la chaîne de cette nouvelle forme d’investissement.

La conférence a été organisée par ADA en collaboration avec la Banque de Luxembourg, BRS, l’EIIL, l’ALFI et LuxFlag, ainsi qu’avec le soutien de Elvinger, Hoss & Prussen et Ernst & Young en tant que sponsors. Les Midis de la microfinance bénéficient du soutien du Ministère des Affaires étrangères – Direction de la Coopération au développement.

Plus d’informations, cliquez ici.